Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 21:30

Fondation GLNF et succession Gaston : l’information judiciaire se poursuit

Le 30 juin 2011, la Chambre de l’instruction de la Cour d’Appel d’Aix-en-Province a ordonné un complément d’expertise au docteur Alain Pradier, celui qui écrivait que Pierre Gaston « ne possédait pas les facultés mentales pour signer un tel document », le testament rédigé par Me Jean Aussel et désignant comme légataire universel la Fondation GLNF, cette dernière ayant récupéré un patrimoine évalué à 1 626 000 €. J’avais consacré à cet affaire un article publié dans L’Express du 7 juillet 2010.

Depuis la plainte des six nièces de Pierre Gastion en 2009 et l’ouverture d’une information judiciaire en mars 2010 au Tribunal de Grande Instance de Draguignan, l’affaire suit son cours. Lent, comme toujours, lorsqu’il s’agit d’une affaire sans détenu, donc rangé par sur la pile « non-urgent » par un juge d’instruction.

Trois personnes mises en examen

Deux mois après la parution de l’article de L’Express, les trois principales personnes mises en cause sont été entendues et mises en examen pour Abus de faiblesse ou complicité. 1. Le 15 septembre 2010 : Michel Brun, le médecin qui a récupéré un pavillon du Luc-en-Provence évalué à 229 000 €. 2. Le 16 septembre : Me Jean Aussel, le notaire et à l’époque dignitaire de la GLNF, qui a rédigé le testament et a indirectement profité de sa générosité. 3. Le 21 septembre 2010 : Christine Kalafatélis, la compagne de Jean Aussel et exécutrice testamentaire et bénéficiaire de 60 000 €. En revanche, contrairement aux rumeurs aussi insistantes que non confirmées, Jean-Charles Foellner, président de la Fondation GLNF et ancien Grand Maître, n’a à ma connaissance pas été entendu. Et donc, a fortiori, pas été mis en examen.

En décembre 2010, un restaurateur parisien et ami très proche de Pierre Gaston a été entendu. Il a confié sa certitude que son ami Pierre n’était pas franc-maçon, précisant que lui-même a été initié. Élément important puisque Jean Aussel persiste singulièrement à entretenir le flou sur cette question (à L’Express il déclarait : « Je crois qu’il est franc-maçon« ). Comme il veut faire croire qu’il n’a pas influencé Gaston dans sa décision de faire de la Fondation GLNF son légataire universel.

Henry Sidéry, le DAF de la GLNF, entendu

 

Lire la suite sur La Lumière (L'Express)

Partager cet article

Repost 0
Published by Vercingetorix
commenter cet article

commentaires