Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 20:00

img157Bonne lecture.....................!

 

Nous ne reviendrons pas sur cette ambiance de fraternité, de dignité et d’espoir. Elle a déjà été reportée « à chaud » dès samedi soir sur différents blogs et les nombreux commentaires en ont témoigné, dont certains avec beaucoup d’émotion. Nous ne parlerons pas non plus du nombre de participants, ceux qui étaient présents peuvent témoigner et savent qui de la propagande officielle ou de FMR-Myosotis dit la vérité.

 

Cette après-midi fut vécu par tous comme un moment historique et le début de la reconstruction, possible par cette union des Frères de tous âges, de tous Rites, de toutes Provinces dans la volonté de redonner à notre Obédience défaillante la dignité perdue.

 

Certains ont vu un signe du GADLU qui avait conduit les Frères en charge de la logistique à réserver ce palais des congrès de Montreuil jouxtant une friche industrielle ou ne restait que la carcasse métallique et une cheminée dressée comme une colonne, chacun comprendra l’allégorie.

 

Notre Frère Jean-Claude Bourret a conduit ces assises de main de Maître, les faisant commencer et terminer à l’heure, veillant à ce que les temps et la répartition de la parole entre les intervenants et la salle soient respectés.

 

Vous pouvez télécharger :

 

le discours de C.Seiler

le discours d'introduction de D. Moreau

le discours de conclusion de D.Moreau

 

et visualiser ci-dessous la présentation PowerPoint, support visuel des différentes interventions.(également disponible en téléchargement ici)

Assises 

 

 

Le président de FMR, Claude Seiler a ouvert ces assises par un discours mobilisateur résumant quatorze mois de résistance active et ouvrant les perspectives d’avenir. Il fut suivi par André Andrieux qui présenta les comptes 2010 de FMR. Puis Dominique Moreau introduisit les objectifs de ces assises.

 

Vint ensuite les exposés de trois thèmes : Les Loges, Les Rites, L’Obédience, par les Frères représentant les groupes de travail. Chacun de ces thèmes était abordé en deux parties, la première restituait, sans aucune censure, la synthèse des contributions des Frères et des Loges, la seconde échafaudait l’esquisse des différentes solutions qui devront être travaillées par des commissions, avant de constituer un véritable projet de refonte des statuts et règlements.

 

Il est important de préciser qu’en aucun cas les réflexions présentées ne constituent un programme définitif et que ceci a bien été souligné samedi. La communication de propagande officielle a évidemment omis de le dire en se contentant de commenter une information sortie de son contexte. Par exemple, aucune décision n’a été prise entre les deux voies issues des demandes : celle d’une Loge entièrement autonome et celle très proche du fonctionnement actuel. Le choix définitif ne pourra intervenir qu’à l’issue d’un travail approfondi de spécialistes prenant en compte les différentes contraintes.

 

A partir de ces esquisses la véritable rénovation va pouvoir commencer. Les réflexions des groupes de travail, enrichis de vos suggestions aboutira à un Livre Blanc. Un blog dédié à ce Livre Blanc va très prochainement être mis en ligne, vous pourrez y contribuer et vous tenir informés en consultant l’avancement de sa rédaction.

 

Tous les intervenants qui ont restitué vos demandes et l’état des réflexions ont mis en avant l’absolue volonté de régénérer notre institution dans le cadre strict des critères de régularité et de reconnaissance ainsi que dans le double respect de notre tradition maçonnique et des Frères.

 

Jean-Claude Bourret anima ensuite le débat entre les questions venant de la salle et les réponses des différents intervenants.

 

Le Bâtonnier Teitgen fit alors une brillante intervention pour présenter le point juridique (voir la vidéo de son intervention ou sur le site FMR).

 

Après le discours de clôture de Dominique Moreau, Claude Seiler termina ces assises par un appel à l’union de tous, symbolisé par une émouvante et sincère chaîne d’union pendant laquelle les Frères ont chanté la Marseillaise.

 

Les 2000 Frères se quittèrent contents et satisfaits

 

fmr-bulletindadhesion

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vercingetorix
commenter cet article

commentaires

Balt 10/02/2011 14:53


Certains soirs, dans les rues de nos petites villes de Province, on peut voir des individus insolites qui pressent le pas.

A noter que ces quidams arrivent toujours en avance à leurs mystérieux rendez vous. Ainsi, en attendant midi (parfois à 7h du soir!), ils se réunissent au café-restaurant de l'aubergiste. Ce ne
sont alors qu'embrassades chaleureuses, longues étreintes,baisers sonores, chuchotements complices....tout ça avec des regards qui en disent long.

Derrière son comptoir l'aubergiste, mine de rien, observe et écoute tout en essuyant ses verres. Qui sont-ils ces personnages qui viennent chez lui parler de la pluie et du beau temps. De la pluie
surtout. Pour eux il pleut souvent et leur salle est toujours humide, même quand le soleil brille.

Ils tentent de se faire passer pour une famille nombreuse avec des "mon Frère" par çi, des "très cher Frères" par là. Mais pas la moindre ressemblance entre eux!
Ils parlent souvent d'une dame qui serait veuve de son état mais qu'on a jamais vue. D'ailleurs on n'a jamais vu un seul d'entre eux avec une femme, pas une seule fois!

Et puis, et puis, il y a parmi eux certains vieux monsieurs qui s'intéressent surtout aux jeunes du groupe: Les apprentis qu'ils les appellent! Et il y a ceux qui à voix basse parle d'un lac
d'amour ou même de leurs attributs, ou même d'attouchements!!!

Leurs professions? Allez savoir.......Certains doivent être menuisiers (mais pas des meilleurs car il est souvent question de planches trop courtes ou trop longues!). Il y a aussi un couvreur (qui
doit poser des tuiles), un musicien qui s'occupe de l'harmonie (municipale sans doute), un secrétaire et deux surveillants qui travaillent sur un gros chantier. Les autres seraient sans emploi. Ils
ont même leurs immigrés : des vieux Ecossais, des anciens qu'ils ont acceptés! Ils ne portent pas de kilt, mais en bon Ecossais, ils semblent surtout préocupés par des augmentations de salaire.

A dix neuf heures, ils quittent le café et vont à leurs mystérieuses réunions. Ils reviennent vers vingt trois heures (à minuit pour eux!), pour souper dans la salle du premier étage. Il y a parmi
eux un commissaire priseur qui tape comme un sourd avec un maillet en ordonnant de charger et d'aligner....et de recommencer cinq minutes plus tard! Il s'agit surement de came, ils doivent en
négocier d'énormes quantités, c'est pour ça qu'ils se méfient. Ils ne laisse jamais la femme de l'aubergiste faire le service "Laissez faire les jeunes"....d'accord mais certains de leurs jeunes
ont la bonne cinquantaine! Droles de jeunes qui auraient l'habitude d'aller réfléchir dans les cabinets où ils utilisent du vitriol!!!

En plus comme dans la mafia ils ont leurs Parrains. Ils ont aussi leurs règlemnts de comptes car ils parlent souvent d'écossais qui auraient été "rectifiés", les malheureux! Et la fameuse poudre?
et leurs voyages? c'est sûrement pour allez s'approvisionner!

L'aubergiste et sa femme se rongent les sangs : que font la police? Va-t-on les laisser comploter encore longtemps? Oui mais... ce sont de bons clients, généreux et biens élevés. Après tout dans le
commerce il faut savoir fermer les yeux!

Moralité : Nous avons sur l'aubergiste un net avantage : nous savons qu'il se trompe! et comme dit un philosophe de chez nous :
"Si tous ceux qui croient avoir raison n'avaient pas tort, la vérité ne serait pas loin." Pierre Dac.


PB 10/02/2011 08:41


Mes biens Chers Frères.

Je suis fort perplexe à lire vos messages et cette perplexité tire son état de l'alternance constante que j'éprouve, entre consternation et irritation (tempérée, il est vrai, par un sourire amical
et compréhensif, de temps en temps).
Aussi, quelques explications sur mes pensées actuelles :
Sans nul doute un caporalisme inculte et paranoïaque a pris la direction de notre obédience, depuis le décès de notre défunt et regrété GM André Roux, qui m'a initié. D'abord aimable, autant
qu'incompétant sous la maîtrise de J.C. Charboniaud, marionette aux mains du TRF Yves Trestournel, et seulement occupé à son confort de vie, tandis que le second s'occupait des affaires.
Puis fortement autoritaire sous la maîtrise de JC Foelner qui remplaça la raison Maçonnique par la loi clanique, commune aux peuples Méditerranéens.
Celle-ci comporte pour ceux qui l'ignoreraient encore :
- Culte du chef et dévotion absolue à sa personne et à son service.
- Relations personnelles et intimes mêlant les affaires profanes au "cursus honorum" dans l'obédience, sous le signe de la réciprocité.
- Politique suivie, d'élimination des opposants, par tous les moyens, et je dis bien tous les moyens, légaux,bien entendu.
- Nomination des assujétis aux postes de responsabilité et "honneurs" ad libitum.

Ensuite vint F. Stifani. L'élève a dépassé le maître et selon la logique de la politique clanique a tenté de l'éliminer. "Capo dei tutti capi" Pour nos frères du Nord "Calife à la place du Calife".
Les palinodies de J.C. Foelner, à l'égard de F. Stifani sont hilarantes et je conseille à ceux qui ont conservé ses correspondances succesives de les relire.Mais le système clanique est resté en
place, renforcé avec moins de discrétion et de subtilité. Les "Frères de la côte" sont restés au pouvoir et ont recruté des adeptes nordistes, perméables à ce système.
Certains se sont révoltés, au bout d'un moment (un peu long à mon avis) et sont revenus très vite, faussement repentants et alors dotés de prestigieuses promotions.
D'autre sont restés longtemps (trop longtemp) à mon gré, silencieux, serviles et prosélytes, dotés de hautes fonctions et puis se sont récemment sentis une âme de héros lorsqu'ils ont compris que
les carottes étaient cuites.
D'autre enfin, ont d'emblée dit non. On compte ainsi parmi eux, de nombreux TRF et RF proches de la grande maîtrise, des Grands Maîtres provinciaux, des GO nationaux et Provinciaux, des Vénérables
et des Maître maçons qui n'ont pas craint les foudres d'une autorité dévoyée et ont assumé leur foi et leur engagement Maçonnique coûte que coûte. A ceux-là, je ne saurais que rendre hommage à leur
foi et à leur courage et surtout à leur modestie.

Aussi, à l'heure du choix, je vois avec désespoir et rage fleurir des commentaires qui montrent que les Frères honnêtes et valeureux n'ont encore rien compris :

SI, mes Frères, les séides, les complices, les amis (?) de nos GM (National et Provinciaux) dévoyés (i.e cela veut dire, sortis de la voie) sont toujours là, présents, attentifs, actifs et
talentueux et n'attendent que votre sottise, votre révolte irréfléchie, votre aveuglement ou votre soumission pour prendre de nouveau un pouvoir qu'is n'ont jamais abandonné et qu'ils entendent
bien garder et continuer à vous confisquer.

NON. Les abus de pouvoir qui ont vidé les Loges et leurs Vénérables de leur vrais pouvoirs ne trouvent pas leur solution dans l'adage "Le Maçon libre, dans une loge libre". Ceci est le fondement
des penseurs du GO qui leur a valu l'exclusion de la Maçonnerie universelle. Lire à ce sujet le fondamental ouvrage de Jean Baylot : "La voie substituée". Le VM et les Frères doivent seuls gérer la
Loge et maitriser ses finances. Seuls les délégués de loges doivent élire le GMN et choisir le GMP, certes. Mais nous sommes un ordre initiatique (l'ordre est mondial et intemporel, la GLNF est une
obédience administrative) et l'enseignement initiatique vient d'en haut
. Les SS enseignent les App et les CP le VM enseigne la loge. Qui enseigne le VM? Dieu bien sûr, mais a-t-il la science infuse?
Aussi les GO qui ont une charge d'enseignement ou une fonction administrative ne doivent pas faire l'objet de votre ire.
Ils maintiennent la cohérence de nos rites et des règles qui nous gouvernent, sauf à faire autant de Loges que de Maçonnerie particulière. Sans doute, les tabliers de grande tenue, plein de
fanfreluches doivent , selon le règlement général de la GLNF être proscrits, sans doute les réceptions et sorties en fanfare aussi, les prises de parole aussi intempestives que vides de sens,
défendues et l'intervention de ces GO interdites en cours de tenue. En 1998 dans ma loge Mère à Atlas, le GMN André Roux est toujours venu en petite tenue, ne s'est jamais fait recevoir et n'a
jamais pris la parole en loge et encore moins aux agapes.
Aussi abandonner mon tablier bleu et m'asseoir sur les colonnes et me taire m'est indifférent si cela peut vous contenter. Je n'en resterai pas moins , par mon travail,un Précepteur de mon rite et
mes Frères sauront me retrouver.

Pour conclure :

J'espère que ceux (pas celui) qui nous ont indignement conduit à cet état seront jugés bientot au tribunal des Maçons, à ceux de la République, ensuite et plus tard à celui de Dieu

Comme toujours, dans une révolution, le Roi sera exécuté. Et tous les autres resteront, avides d'un pouvoir passagèrement perdu. Quelques lampistes seront aussi zigouillés. Mais partout, à la GLNF,
dans les provinces et particulièrement en PACA (qui vota à 80% oui) ceux qui se sont le plus lâchement compromis et qui ont trahi notre idéal seront là, habiles, faussement patelins et repentants,
faisant de nouveau agir leur réseau de compromission jusqu'aux plus hauts niveaux, rappelant les services rendus, les silences opportuns et les cécités passagères et feront tout pour occuper avec
joie les places rendues libres par ceux qu'ils auront poussés à l'échafaud.

" Té, couillon! c'est un ami qui a une bonne situation et il m'a bien aidé" et c'est reparti.


Un dernier mot sur Jean Murat. Je ne le connais pas et je ne l'ai jamais rencontré. Il eut le courage de se présenter à l'élection de GMN contre F. Stifani. Il obtint un score honorable et se
retira. C'était il y a un certain temps, déja, et il n'a jamais "séjourné au troisième étage" et surtout pas avec F; Stifani, comme le prétend un Frère mal informé.
Il bénéficie de l'estime de nombreux Frères anciens de la GLNF et d'une grande considération auprès de la Grande loge unie d'Angleterre, à laquelle j'ai l'honneur d'appartenir.

Je vous embrasse tous fraternellement, vous souhaitant courage dans l'adversité et surtout lucidité.

"Il n'arrive pas aux peuples ce qu'ils méritent, mais ce qui leur ressemble"