Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 07:46

Voici une synthèse de travail de la province Guyenne Gascogne.

Il est à noter que tout d'abord, le guide est bien désigné comme le principal fauteur de troubles, ainsi que tous ceux qui lui donnent raison et l'encourage  dans sa course à l' abîme.

On peut s'interroger sur la présence de la signature d'Alain Cano qui s'exprime autant que faire se peut sur les blogs nauséeux acacia et gardiens du temple.

Qu'il n'essaye pas de retouner sa veste, il partira avec toute la cour de l'excité antibois.

Les propositions sur la durée du GM sont à débattre. Deux ans renouvelables semble plus approprié aujourd'hui. Un mandat unique de 3 ans pour les GMP  éviterait à certains de prendre "la grosse tête". cela permettrait également un brassage plus rapide des hommes et des idées tout en évitant le culte des idoles.

Surtout ne plus faire de membres à vie au SGC. Là également la durée du mandat doit être réduite.

Prévoir une procédure de destitution du GM et des membres de droit en cas de manquement grave...

De même la communication à l'extérieur n'est guère souhaitable. Il y a toutes sortes d'ouvrages très bien faits et facilement accesibles.

La recherche de nouveaux Frères doit se faire par approche directe et non pas par campgne de pub via la médiatisation. Faisons confiance à ceux qui sont initiés et aux anciens des loges pour mener à bien les enquêtes.

Enfin on ne peut qu'exiger tout abandon des poursuites à l'encontre de FMR et une repentance sincère de FS

 

BONNE LECTURE

 

Province de Guyenne & Gascogne                                   Page 0 sur 16

DOSSIER-SYNTHESE PROVINCIAL

DES REFLEXIONS ET PROPOSITIONS DES LOGES DE LA PROVINCE DE GUYENNE
ET GASCOGNE

- BORDEAUX - LE 9 JUIN 2010 -

Ce document de réflexion et de synthèse Provincial de la Province de
Guyenne et Gascogne, en 17 pages – 0 à 16 – voulu par notre GM, puis
demandé par notre Grand Maitre Provincial, le TRF Alain CANO , a été avalisé
par l’ensemble des membres du Comité de Synthèse qu’il a souhaité réunir
autour de lui et dont les noms suivent :

RF Georges BEUSTES, désigné Président de ce Comité et rédacteur

TRF Alain CANO

RF Joël THIMOTHEE

TVF Eric FOURNIER

VF Jean Claude GARNIER

VF Thierry GUILLEMOT

VF Frédéric PERRIER, désigné « transmetteur » de ce Dossier au Responsable National VF Bernard SIMONITI

Province de Guyenne & Gascogne                                   Page 1 sur 16

l/. Dans ce que fait ou est la G.L.N.F, quelles sont les choses que vous souhaiteriez qu'elle continue à faire ou à être ? - ce que vous appréciez -

- Voir se perpétuer les fondamentaux : La régularité, la croyance en Dieu, GADLU, la diversité et la richesse des rites pratiqués au sein de la GLNF à la Gloire de DIEU, Grand Architecte de l’Univers, ainsi que la Règle en douze points.

-Conserver, purs et sans taches, les 8 Principes de base indispensables au maintien de sa Reconnaissance tels qu’approuvés le 4 Septembre 1929.

-Le respect intangible de nos valeurs inculquées par nos Rituels. - La préservation de la discrétion et du secret d'appartenance.

- Le rôle de gardien des Us et Coutumes, des Landmarks et de la Tradition que l'Administration nationale et provinciale devraient même accentuer.

-La spécificité initiatique du travail en LOGE basé sur la pratique du rituel et l’expression symbolique (planches ou transmission orale par coeur) : réponse adaptée aux attentes actuelles de quête spirituelle d’identité et de sens (construction).

-La poursuite du travail initiatique de transmission indispensable qui y est fait.

- La LOGE est la cellule de base de la F.M et doit le rester. Dans tous les cas nous devons considérer la Loge comme le PRIMAT de l'organisation maçonnique. A ce titre elle doit être protégée de toutes les turbulences externes et internes afin d'assurer la pérennité de l'Institution.

- Le travail des Loges dans l’harmonie et la sérénité, qui l’est beaucoup moins, surtout depuis le 4 décembre 2009.

-Préserver le bonheur de travailler en Tenue car l’accès à la joie est indispensable à l’acquisition de la satisfaction intérieure et à la sérénité nécessaires au maintien du cap originel.

-Un niveau indiscutablement élevé de recherche et de réflexion sur les spiritualités :

Réservoir de talents et de volonté de partage de l’amour du Beau apportant la nourriture initiatique. Levier approprié pour promouvoir l’image de la GLNF là où on l’attend.

-Des infrastructures adaptées à la progression raisonnée en nombre des effectifs : Pisan oui, mais surtout des Temples correctement aménagés dans les Provinces.

-La nécessité de structures provinciales pour concourir au sentiment de proximité et

d’appartenance, mais aussi pour une meilleure information des projets et décisions de nos dirigeants.

-Notre force particulière qui est dans notre Spécificité, pas dans la volonté de ressembler aux autres, mais justement d'être différents.

- La persistance d’un fort attachement à la GLNF, Obédience traditionnelle et régulière.

Province de Guyenne & Gascogne                                   Page 2 sur 16

2/. Dans ce que fait ou est la G.L.N.F, quelles sont les choses que vous souhaiteriez qu'elle arrête de faire ou d'être ? - ce qui vous gêne aujourd'hui -

- 1) COMME TOUTES LES STRUCTURES DE GROUPES QUI GRANDISSENT, LA GLNF CONNAÎT UNE DEVIANCE : POTENTIELLEMENT DEVENUE UN INSTRUMENT DE POUVOIR POUR CEUX QUI EN ONT OCCUPE LA DIRECTION SANS L’EXISTENCE DE MOYENS DE CONTRÔLE ASSOCIES.

-PROPOSITION : SE DOTER D’UNE VERITABLE « CONSTITUTION » QUI ASSURERAIT LA SEPARATION DES « FONCTIONS » INITIATIQUE ET ADMINISTRATIVE PERMETTANT DE PASSER D’UN  AUTOCRATISME REGALIEN A UN « PARLEMENTARISME REPRESENTATIF EFFICIENT. »

2) UN MODE DE GOUVERNANCE ET DE DIRECTION APPARU COMME FERME A L’ECOUTE,

AUTOCRATIQUE ET CENTRE SUR PARIS. ELOIGNEMENT DE PLUS EN PLUS GRAND DES REALITES
VECUES PAR LES FRERES. PERCEPTION MÊME D’INDIFFERENCE. PERCEPTION DE FEODALITES AUTOUR

DU GM ENTRAINANT UNE SCLEROSE DU SYSTEME.

3) ABSENCE D’ESPRIT CRITIQUE, D’ANTICIPATION ET DE REFLEXION DE LA DIRECTION (GM en

particulier). SORTE DE SURDITE ET DE CECITE MENTALE. LES 4 DECEMBRE 2009/ 25 MARS 2010 / ET
ENCORE AUJOURD’HUI 9 JUIN 2010 EXPLOSENT ET MONTRENT DE LARGES BRECHES DANS UN

EDIFICE BASE SUR LA CONFIANCE ENTRE FRERES.

4) SUR-EXPOSITION MEDIATIQUE NEGATIVE ET COMPULSIVE DU GM ( LA GLNF REVIENT DANS LA RUBRIQUE DES FAITS DIVERS). IRRUPTION MALHEUREUSE DANS DES DOMAINES HABITUELLEMENT ETRANGERS A NOTRE OBEDIENCE (POLITIQUE, RELIGION, FAITS DE SOCIETE ...) DEBUT DE LA DECRIDIBILISATION DE L’IMAGE DU GM, VOIRE DE SON REJET AVEC L’APPARITION DES CAMERAS DANS LES TEMPLES

Beaucoup de FF. sont choqués  et disent ne pas être capables de juger.

De plus nombreux sont de ceux qui ne souhaitent absolument pas avoir à juger.

Ils ne sont pas entrés en maçonnerie pour cela et sont déçus que de tels déchirements arrivent à la GLNF. Ses errements étaient pour eux l’apanage du GO.

Il y a un monde entre leurs aspirations en entrant en maçonnerie et la réalité d’aujourd’hui. L’intérêt des FF. se porte sur leur vie de partage au sein de leur loge.

D’autre part, si le départ ou la démission du GM est une décision grave à prendre, au delà du GM lui-même, quelques FF pensent qu’elle pourrait avoir une incidence négative sur le processus engagé, processus dont nous sommes tous conscients de la nécessité.

Mais, même si toutes les Loges n’ont pas répondu à l’élaboration d’une réflexion écrite, il ressort néanmoins qu’une très grande « majorité » se prononce pour un départ ou une démission. Et ce, en raison des critiques sur le « style » et le comportement qui sont parfois virulentes. Sachant que dans ces critiques il est tout autant question du mode de gouvernance de l’Ordre, dont le comportement du GM n’est que le symbole et sur lequel un simple changement d’homme, s’il pourra satisfaire des Ego par ailleurs dénoncés, ne saurait en rien faire évoluer la problématique s’il n’y a pas une Régénération de la GLNF. Ce n’est pas la fonction de GM qui est remise en cause, mais bien l’homme qu’est notre GM et son pouvoir quasiment absolu.

5) COMMUNICATION NATIONALE NON MAÎTRISEE - DECALAGE AVEC L’EXEMPLE ADAPTE DE CERTAINES PROVINCES

Province de Guyenne & Gascogne                                   Page 3 sur 16

6) CONTEXTE ACTUEL : LEGITIMITE LIEE A LA CREDIBILITE. RUPTURE QUI S’AGRANDIT AVEC LA

PERCEPTION DU « PERSONNAGE » FRANCOIS STIFANI ( + BRUTALITE DANS SES PROPOS,  COMPORTEMENTS ET DECISIONS VECUES COMME ARBITRAIRES). MANQUE DE RECONNAISSANCE.

Très peu de FF croient au retour à la sérénité, à l’écoute, à la compréhension et à l’action constructive réfléchie avec notre GM . Son départ paraît indispensable à la majorité.

7)   STRUCTURES PROVINCIALES SOUVENT PLETHORIQUES dont les Officiers apparaissent comme « asservis » à la « gouvernance parisienne » et encore plus à la « direction provinciale ». « Bleus » trop nombreux dans les collèges : ce qui devient un but en soi pour certains Frères est, en fait, une

voie substituée par rapport à la démarche maçonnique de réalisation initiatique.

8)   DIRECTION GLNF = DEPENSES ET TRAIN DE VIE SOMPTUAIRE INDECENT EN FACE D’UN MONDE EN CRISE ECONOMIQUE ET FINANCIERE .

9)   IMPRESSION DETESTABLE AVEC L’INTRUSION DU JUDICIAIRE, L’INCAPACITE A RESOUDRE « LE VAL DE LOIRE » PACIFIQUEMENT, LE RECOURS « BRUTAL » AU DISCIPLINAIRE.

- La valse des suspensions, démissions, nominations montre bien plus la faiblesse de notre gouvernance que sa sagesse ou sa force.

- L’Assignation de FMR , composée de FF qui ne souhaitent que retrouver le respect de nos valeurs, de nos vertus et la sérénité, est indigne et à retirer.

10)           EPILOGUE - qui ne nous gêne pas, au contraire

Nous sommes dans un Ordre, même si un certain désordre à connotation profane semble régner à ce jour. Une adaptation des orientations et du comportement de notre Grand Maître est souhaitée par de nombreux membres de notre Ordre. Cependant, nous ne sommes ni en 1789 ni en Mai 1968 et les instances dirigeantes sont toujours en place. Ce sont ces instances qui ont proposé notre Grand Maître au « vote de convenance » des délégués de l’Ordre qui leur ont fait confiance ; c’est à elles de prendre les décisions qui s’imposent quant à son départ ou son maintien ainsi que pour réorienter l’utilisation des fonds et la communication au sein de notre association.

Notre association doit rester conforme aux Règles et aux Landmarks qui ont présidés à sa Constitution et plus particulièrement à ce que nous avons découvert lors de notre initiation. Ce n’est pas aux apprentis, compagnons et maîtres des loges à servir de caution ou prétexte à une réorientation du fonctionnement de notre Ordre. Nous attendons que nos instances, en fonction de leurs rangs, s’expriment sur les nécessaires réserves que nous devrions avoir vis-à-vis du monde profane et les nécessaires soucis d’économie qui devraient présider au bon fonctionnement de notre association dans cette période de difficultés. A nos instances de prendre les décisions les plus adaptées et les plus rapides afin que cesse ce débat interne qui ne peut que conduire à des échanges qui relèvent du monde profane et non de la démarche spirituelle, démarche qui devrait être la seule à nous animer et à nous préoccuper .

Province de Guyenne & Gascogne                                   Page 4 sur 16

3/. Dans ce que ne fait ou n'est pas la G.L.N.F, quelles sont les choses que vous souhaiteriez qu'elle commence à faire rapidement ou à être ?

PROPOSITIONS et REFLEXIONS

- 1/ LE GRAND MAITRE ACTUEL

DANS UN PREMIER TEMPS EST APPARUE UNE TENTATION FORTE EXPRIMEE DE TOUT VOIR SE

RESOUDRE PAR LE DEPART OU LA DEMISSION DU GM ACTUEL.

Le départ digne et serein, à court terme du GM s’impose pour une très grande majorité de FF malgré ses positions.

Un retour à la confiance et à la sérénité des membres de l’Obédience dans l’intérêt supérieur de la GLNF n’apparaît plus aujourd’hui compatible avec son maintien.

DEUXIEME TEMPS : NE PAS AJOUTER L’AVENTURE A L’INCONNU AVEC LE GM ACTUEL.

UN GM PAR INTERIM DESIGNE POUR SA SAGESSE ET SES CONNAISSANCES DU MANAGEMENT PARAÎT ÊTRE LA SOLUTION QUI FERAIT RECOUVRER A LA GLNF SA DIGNITE ET LE RESPECT NECESSAIRES.

ATTENDRE 2 ANS UN PLAN DE REFORME NE SEMBLE PAS ACCEPTABLE CAR LA CONFIANCE N’EST

PLUS LA DEPUIS LE COMPORTEMENT MÊME DE NOTRE GM CAR :

- Nous avons eu la démonstration que notre GM est maladroit et possédant un langage, pour le moins

inadapté, qu’il s’est montré, aussi, très attiré par la "lumière" ; nous aurions, bien volontiers, rajouté "par ce qui brille" et que nous constatons que notre GM fait preuve d'égotisme à un point devenu indigne à la GLNF.

- Il a été dénoncé l’absence totale d’exemplarité du Grand Maître qui ferait bien de se rapprocher de son

rituel du premier grade et de l’appliquer.

- Les FF vivent dans la peur car ils savent qu’il y aura révocation immédiate de tous ceux qui osent émettre

un avis différent ou dont le GM pense qu’il pourrait faire obstacle à sa volonté hégémonique.

La même observation a été rappelée pour notre Province.

Afin donc de chercher à revenir à un calme général et à un réforme paisible faite avec l'ensemble des Frères, sans "chasse aux sorcières", le départ de principe , au bout des trois ans de mandat, de notre Grand Maître François STIFANI est des plus souhaitables, quitte à ce qu'il se représente aux suffrages des Frères. Enfin, qu'il ne s'applique pas à lui-même, rétroactivement, et sans l'accord des Frères responsables, bien qu’il dise le contraire, la prolongation de son mandat de trois à cinq ans. Les juristes ont démontré très clairement, par ailleurs, que sa décision de prolongation de son mandat actuel était illégale.

- 2/ LE SOUVERAIN GRAND COMITE

Le SGC dans sa configuration actuelle sera toujours, par définition, sujet à caution.

Il n’a, en effet, aucun pouvoir si ce n’est d’approuver ce que le GM a mis lui même à l’Ordre du jour et qu’aucune disposition ne lui autorise d’en discuter la pertinence.

Dans les statuts du SGC, il y a lieu de constater que cette assemblée, n’a bien aucun pouvoir.

Province de Guyenne & Gascogne                                   Page 5 sur 16

Il s’agit actuellement d’une chambre d’acquiescement. A l’exception du vote inhérent au nouveau candidat Grand Maître, tous les votes se font à main levée. La modification de la durée du mandat aurait-elle été approuvée dans un vote à bulletin secret ?

Une modification pourrait être suggérée : « Toute motion tendant à majorer le pouvoir du Grand  Maître doit être adoptée à bulletin secret ». que ce soit au niveau du Conseil d’Administration, du  SGC ou des Assemblées Générales.

Bien sûr, nous sommes dans un Ordre mais, sans vouloir sortir de cette notion, il apparaît, au vu des évènements de ces derniers mois, la nécessité de modifications de notre Règlement pour une saisine du Souverain Grand Comité par une partie de ses membres et, ou bien, la création d’une Assemblée de Sages comme le Conseil Constitutionnel en notre République, permettant de donner au Grand Maître un avis positif ou négatif sur tel sujet d’importance engageant l’Ordre avec nécessité pour lui de s’y référer.

Nous ne remettons pas en cause la structure de l'Ordre, mais nous remarquons que les VENERABLES MAITRES, Chefs de l'Ordre - que l’on a rendu consultables dans notre Province, le sont ils dans les autres ? - devraient trouver leur place dans cette structure, qui plus est lorsque l'on met en exergue leur position dans un parallèle avec le GM. (référence au Livret d'accueil )

Pour cette raison, la présence "significative" des VM qui sont des Elus ne nous semble pas une ineptie.

Mais il se pourrait aussi que les VM, à défaut d'être au SGC, soient des Electeurs de Membres du SGC  avec, notamment, la possibilité de convoquer le SGC à la demande d’un certains nombres de FF dont le nombre serait à fixer comme pour la procédure des référendums populaires.

Toutes les décisions du Souverain Grand Comité et du Conseil d’Administration ne devraient-elles pas être débattues qu’après avoir été mises à l’ordre du jour annoncé, et devraient être, nous le répétons,  prises par vote à bulletins secrets. Cela nous montrerait, à nous Maçons de base, que ces instances sont des instances de décision libre et peuvent être un lieu de propositions.

Il faudrait aussi que les statuts comprennent une procédure claire permettant, dans des conditions assez strictes, pour éviter tout abus de la procédure, une possibilité d’« impeachment » du GM et des principaux Officiers en cas de manquement à leurs devoirs.

Le Grand Chapitre Français vient de faire une modification dans ce sens de son Règlement Général, en son Assemblée Générale Extraordinaire le 15 Mai 2010 ( Titre III, Chapître 2, Article 19, Point 1 en particulier) Une autre modification y en a été faite qui rend facilement possible, et dans des conditions d’encadrement raisonnables, d’avoir plusieurs candidats pour la responsabilité suprême ( Titre III, Chapître 2, Article18, Points 1 à 10 ). Ceci s’est fait dans la concertation et une très grande sérénité. La GLNF ne peut-elle s’en inspirer ?

Auitre point, la qualification de certains membres du SGC d’être « membre à vie » ne parait plus souhaitable.

Province de Guyenne & Gascogne                                   Page 6 sur 16

- 3/ LES STATUTS

A) REFONDRE LES STATUTS DE L’OBEDIENCE DANS LE RESPECT DES CONSTITUTIONS DES GRANDES LOGES REGULIERES.

Analyse juridique des dispositions Statutaires, du Règlement Intérieur et des Constitutions :

On voudrait nous laisser penser que le Conseil d’Administration n’est habilité qu’à traiter de questions matérielles, liées à la gestion des biens de la GLNF. Il suffit de se reporter aux dispositions statutaires pour constater qu’il est aussi habilité à traiter de questions éthiques.

En fait le Conseil d’Administration dispose de tous les pouvoirs. Il peut nommer ou destituer tout administrateur, par un vote à la majorité simple. (Art.11 des Statuts avant dernier §), sauf le GM et les anciens GM qui sont membres à vie.

Ce n’est que le Conseil d’Administration qui a cette prérogative et non pas le GM.

Changer donc les statuts qui nous ont conduits à cette situation apparait indispensable

Voici un proposition d’une des Loges de la Province :

Modification ou refonte des statuts, afin de séparer le SPIRITUEL du TEMPOREL.

- Le Temporel :

Election avant l’AG de Décembre 2010 des élus afin de constituer un bureau et d’élire son Président Elire un délégué de loge et un suppléant (catégorie F) pour 2, voire 3 ans, renouvelable une fois.

Les délégués de loge élisent 2 membres par Département qui éliront à leur tour les membres du bureau et le Président Provincial.

Les délégués Départementaux élisent le conseil d’administration qui élira le bureau national dont le G.M. est membre de droit.

La mission est de définir et entériner les orientations de l’association (administratif, le personnel, l’immobilier, les déplacements, les dépenses de communication, etc..) et voter son budget.

- Le Spirituel :

Election du G. M. de la G.L.N.F. avant l’AG de Décembre 2010, par le SGC à bulletin secret. ( Le 24.6.10, date annoncée du prochain SGC, paraitrait le mieux )

Et comme de tels Statuts ne sont pas encore en vigueur, toutes dispositions devraient être prises le 26.6.2010 pour qu’elles puissent l’être, avant la prochaine AG, lors de la réunion d’un autre SGC.

Le G.M. nomme son Collège d’Officiers et désignera en temps voulu ses GMP.

Le SGC est composé des anciens G.M., des G.M.P. actifs et passés, et de 5 Frères par Provinces pour une durée de 3 ans renouvelable une fois.

Le G.M et le SGC donnent l’orientation de la G.L.N.F. définissent la stratégie de communication interne et externe. Toutes les grandes décisions, orientation, nombre de Frères, communication, etc... sont votées à bulletin secret par le SGC.

En effet, Les statuts conservateurs de la GLNF ne sont plus en conformité avec notre société républicaine élective.

De tels Statuts redonneraient un pouvoir légitime aux Loges.

Enfin, la cooptation du GM pour son successeur manque de transparence et devrait être abandonnée.

METTRE EN PLACE LA SAINE DISTINCTION ENTRE ORDRE INITIATIQUE ET OBEDIENCE EST UNE PRIORITE ET

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vercingetorix
commenter cet article

commentaires