Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 10:15
Si on se réfère à la définition du Littré, une secte est: "
Soit un ensemble d'individus partageant une même doctrine philosophique, religieuse, etc. soit un groupe plus ou moins important de fidèles qui se sont détachés de l'enseignement officiel d'une Église et qui ont créé leur propre doctrine. Une secte peut aussi désigner une branche d'une religion, une école particulière."
 En ce sens, ce mot n'a rien de péjoratif.  
 
Cependant ce terme a pris une dimension polémique, et désigne de nos jours un groupe ou une organisation, le plus souvent à connotation religieuse, dont les croyances ou le comportement sont jugés obscurs ou malveillants par le reste de la société. Généralement, les responsables de ces groupes sont accusés d'une part de brimer les libertés individuelles au sein du groupe ou de manipuler mentalement leurs disciples, afin de s'approprier leurs biens et de les maintenir sous contrôle, et d'autre part d'être une menace pour l'ordre social.
Cette connotation négative de « secte » est récusée par la plupart des groupes visés, ainsi que par certains juristes et sociologues. Pour dénoncer des activités éventuellement néfastes de certains groupes, l'expression dérive sectaire est devenue récemment la formule officielle de certaines structures gouvernementales comme la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).
Enfin, le mot « sectaire » est passé dans le langage courant et désigne une personne fermée à toute discussion, prompte à rejeter autrui, à le mépriser et à le catégoriser.
 
La GLNF sous la direction autocratique de F. Stifani répond de plus en plus à cette dernière acception.
 
La manipulation des textes, sans que nous y prenions garde, a été le premier élément de cette dérive.
 
L'aveu devant les caméras de télévision  de l'appartenance de tel ou tel à "La secte", selon les propres mots de l'ex GM a frappé de stupeur tous les Frères.
 
Mais à cette époque, il est vrai que la plupart étaient plutôt fiers de leur passage dans les médias.  
 
Puis les déclarations n'ont plus laissé de place au doute "je suis un guide spirituel", "je suis comme un évêque".
 
Pour compléter le tableau, il ne faut pas oublier sinon l'appropriation des biens (cotisations) du moins l'impossibilité de contrôler leur usage, encore moins d'en critiquer la pertinence des dépenses.
 
L'affaire Wagram fut de ce point de vue significative.
 
Claude Seiler s'est vu radier justement pour exiger ce droit de contrôle sur nos biens.
 
La manipulation sur les esprits est sournoise. Les Frères sont appelés à travailler "sereinement" dans leurs loges, et de ne se mêler de rien.
 
Les Statuts et règlements intérieurs sont là pour nous "protéger".  En fait, ils sont surtout là pour nous spolier.
 
Plus grave, la référence permanente au complot, fait de celui qui exige comptes et surveillances légitimes aparait comme un fauteur de trouble et un destructeur.
 
Si une secte peut-être présentée comme "une nasse" où le gibier entre, mais ne peut plus sortir, on peut aisément en faire le parallèle avec la GLNF.
 
Le seul mode de communication de la "gouvernance" est la coèrcition, alors qu'elle commence toujours par ces mots: "Mes bien aimés Frères..."
 
Cela veut dire en fait: "Si tu n'es pas avec moi, tu es contre moi".
 
Revêtu des vêtements de l'honorabilité due aux statuts et divers règlements, protégés par la loi sur les associations (qu'ils interprètent à leur guise), des individus se sont emparés de tous les leviers de contrôle pour règner sans partage sur une obédience vidée de tout sens et vocation spirituels.
 
Bien plus, lorsque la justice de notre pays leur donne tort, en dénonçant les manipulations diverses lors de l'AG, ils utilisent tous les moyens à leur disposition (notre argent) pour se maintenir.
 
Les Grandes Loges Régulières, devant un tel spectacle, se détournent de cette obédience qui n'en n'est plus une.
 
Caractéristique d'une secte, les dirigeants de la gLNF se posent en victime, et crient au complot international.
 
Enfin, et nous en sommes arrivés là: Les loges sont radiées. Les opposants traduits devant des tribunaux d'exeption, des gros bras usent de violence physique...   Stifani nous avait promis la Saint Barthélémy (on a les références qu'on peut)
 
A LA QUESTION EN TITRE, NOUS POUVONS REPONDRE: OUI
 
 
Alors devant ce terrible constat d'échec où nous a conduit notre manque de vigilance, nous devons:
 
1) RESTER UNIS
2) AVOIR CONSCIENCE QUE LA GLNF, C'EST NOUS
3) ETRE MOBILISES EN REJOIGNANT L' ULRF
 
ET SURTOUT: NE PLUS LEUR DONNER D'ARGENT.
LE PROFANE STIFANI VEUT DETRUIRE LA GLNF

 

PAS UN EURO POUR LE PROFANE STIFANI

 

Assises-Conclusion

 

MES FRERES ADHEREZ A L' ULRF

NB: Nous n'avons toujours pas eu accès au Grand Livre, ni à l'intégralité des comptes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vercingetorix
commenter cet article

commentaires

TONTON BERETTA de LA BUTTE 08/10/2011 18:38


Mes TT.CC.FF ,

Voilà qu’un « ancien Frère » , ou encore « passé Frère » terme qui sera peut être bientôt d’actualité , accepterait la fonction de G.M.P de la Province de la « Grande Couronne » Monsieur Denis
Mart..
Voir l’article du Myosotis Grande Couronne.
Pourquoi s’attarder sur cet « individu »? Tout simplement parce qu’il était Député Grand Maitre de Paris Grande Arche. Il s’agit bien de Denis Mart…
Quand je pense qu’il était le premier à gueuler (je vous l’accorde, pas bien fort planqué derrière son sautoir) lorsque François Stiff.. faisait entrer les caméras dans les Temples. Monsieur Denis
Mart… se plaignant d’avoir été filmé lors d’une Grande Tenue et d’avoir été reconnu (selon ses dires) par certains de ses amis profanes. Pas rancunier le garçon !
Il s’est ensuite répandu en larmoiements, expliquant que sa destiné était auprès de son patron (dans le profane) et qu’à ce titre, il était obligé de ne pas ouvertement se ranger avec l’opposition.
Ce que nous avons tous compris. Je précise à toute fin utile que nous lui avions rien demandé. Mais il se trouve un vecteur commun chez ces gens qui racontent des histoires, ils viennent toujours
en premier engager la conversation pour se justifier
Alors Monsieur Denis M.. Quelle sera la prochaine belle histoire que vous allez (tenter) de nous raconter ? Une méchante sorcière vous a jeté un sort ? Vous avez été contraint par des Schtroumfs
armés venus en soucoupe volante ? Ou serait tout bonnement bien plus simple …
PS : Vous avez la mémoire courte Monsieur , comme l’est votre amitié et votre fidélité à ceux qui vous faisaient confiance.. vous irez très bien dans le décor de la GLNF .. actuelle.
Inutile de vous précisez Monsieur que je ne vous reconnais plus comme tel. Je préfère encore mon copain Acacia , lui au moins ne porte pas un maillot réversible .
Tribiz aux Myosotis


Vercingetorix 08/10/2011 18:49



Martial, mais pas guerrier pour deux sous, et pas fier non plus. Bref pas maçon



Christian Hyerlé 07/10/2011 14:35


Mes B.A.F. et T.C.F. GLNF une secte ?
Une des premières choses entendues après mon initiation était : la GLNF ne peut être une secte, parce qu’une secte, c’est facile d’y entrer, mais difficile d’en sortir. La GLNF, c’est difficile d’y
entrer, et facile d’en sortir.
Quelle foutaise !
- une secte pratique l’isolement de ses membres (interdit de visiter d’autres obédiences),
- la privation : de liberté, de moyens financiers (paye !), de libre pensée, de libre expression …
- la pensée unique (du gourou),
- et surtout, surtout, le chantage affectif sur la supposée fraternité ;
Mon B.A.F., mon T.C.F., nous t’aimons, nous t’aimons, nous t’aimons tant … que jamais tu ne pourras t’en passer !!!
16 ans de vie maçonnique conduisent effectivement à aimer ses frères ; ceux qui nous aiment et ceux qui ne nous aiment pas. Et il faut s’ouvrir en deux par le haut quand il s’agit de quitter.
Seul celui qui quitte le sait.
L’organisation définit la secte. Rigoureusement hiérarchisée, elle attribue les positions, l’importance, les pouvoirs, de la manière qui sert arbitrairement les enjeux du ‘’gourou’’ ; les hommes
sont au service des hommes et de leurs enjeux métalliques.
Ex : le V.M. est supposé être un chef de l’Ordre.
non pas par délégation, mais par choix de la loge.(et pas d'un conseil occulte ! ( secte)
Il n'est pas chef de la loge (secte), il est chef de l'Ordre;
Il n'est pas chef des frères (secte), il est chef de l'Ordre;
Il n'est pas asservi à un conseil des anciens (secte), il est chef de l'Ordre;
Il n'est pas sous-chef des provinciaux ou O.N. (ou ex) dans son dos (secte), il est chef de l'Ordre.
Et donc premier serviteur de l'Ordre. (Franc-maçonnerie véritable).
Et si son autorité lui est déléguée par un individu ou système extérieur à la loge, il n'a aucune autorité.
Il n'est chef de rien du tout, et ne représente rien. Voilà ce que je crois fidèle aux ''Landmark'' et à la tradition.
Le reste est manipulations sectaires. (Délégation de G.M., aux G.M.P., aux V.M. par les O.P et O.F. infiltrés en conseil des passés V.M. etc.…) et comptes centralisés et obscurs.
(Mais si le chef de l’Ordre n'est pas en ordre, il n'y a plus d'Ordre).
Après que soit ôté le bandeau, quand les yeux d’Ezéchiel sont ouverts…
Moi, je sais la déchirure, je vous aime mes B.A.F. et T.C.F.
(Article proposé également sur le myosotis rhodanien et F.M.R.)
Christian Hyerlé Mle 58655


Vercingetorix 07/10/2011 14:53



Oui, à ceci prêt, que les "chefs de l'Ordre" qui trouvrnt quelque chose à redire sont priés de se soumettre où de se démettre (sont virés)


 


Merci mon Frère de ton apport



Fernand Naudin 07/10/2011 12:18


BAF, il m'est arrivé d'entendre parmis les opposants a Ephesse 1° dont j'ai fait parti avant de demissionner: celui ci est pro Ephesse donc il ne vaut rien... n'est ce pas sectaire mon frere ou
mieux a la reunion de FMR à Paris un intervenant dire : si ce C..n d'Ephesse n'avait rien dit tout serait comme avant...doublement sectaire n'est il pas? Fernand Naudin


Vercingetorix 07/10/2011 14:55



La bêtise des uns n'excuse en rien le crime du premier.


Quel est notre devoir ? nous lever. Attendre ou partir.


La démission ne vaut-elle pas complicité ?