Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 18:15

L'UNION

 

A tous les membres de la G.L.N.F.,
A ceux qui doutent,
A ceux qui ne savent pas où ils en sont,
A ceux qui désespèrent,
A ceux qui n’en peuvent plus et qui sont prêts à la quitter,
A tous les FF qui aspirent à travailler dans une G.L.N.F. apaisée, unifiée et assainie.


Mes Très Chers Frères,


N’ayez pas peur, ne désespérez pas, ayez confiance en vous car vous êtes la G.L.N.F.

Vous seuls pouvez la sauver de la division, de l’éclatement, de la destruction et par delà de
la liquidation judiciaire que des rapaces à l’affut attendent afin de mettre la main sur ses actifs
mobiliers et immobiliers.

Ne vous laissez pas intimider par les déclarations tapageuses de François Stifani ancien
Grand Maître démissionnaire. N’ayez pas peur de ses menaces et ne tenez aucun compte des
ordonnances qu’il a signées depuis sa démission le 21 janvier 2011.

La G.L.N.F. n’appartient pas à François Stifani ni à Jean-Charles Foellner ni à leur
« famille ».

La G.L.N.F. vous appartient avec tous ses actifs tant immatériels que matériels. A vous de
la défendre, à vous d’être les acteurs d’une G.L.N.F. assainie, renouvelée et apaisée. Vous n’avez
pas à vous désolidariser de la G.L.N.F., vous n’avez pas à la quitter, ce sont ceux qui n’ont
pas respecté les lois et les règles de la régularité qui doivent la quitter.

Malgré tous les prétextes que François Stifani, Grand Maître, a mis en avant pour retarder
la convocation d’une nouvelle Assemblée Générale après celle du 25 mars 2010 où il a été mis en
minorité et qu’il a écourtée avant que tous les points de l’ordre du jour aient été soumis au vote.
Malgré toutes les manoeuvres dilatoires utilisées depuis pour retarder l’exécution des décisions
judiciaires qui ont suivi et qui ont été diligentées par un groupe courageux de frères constitués en
association de défense de nos valeurs. Malgré toutes les déceptions que nous avons éprouvées
devant les excès de langage et les luttes intestines que les divers blogs nous ont révélés. Malgré
tout le temps perdu, aujourd’hui toutes les conditions sont réunies pour une réforme de nos
institutions avec une nouvelle gouvernance à condition que nous sachions rester unis et que nous
mettions de côté toutes les rancoeurs que nous avons pu accumuler depuis de nombreux mois.

Laissez-moi passer en revue quelques faits passés et quelques points importants pour notre
avenir.

1 -L’Assemblée Générale du 25 mars 2010 n’ayant pas approuvé les comptes
présentés ni le budget pour l’année à venir, le Grand-Maître Président François Stifani a
interrompu cette assemblée avant qu’elle se soit prononcée sur les divers points à l’ordre du jour
en particulier sur l’approbation des P.V. de l’Assemblée Générale ordinaire du 24 mars 2009 et le

P .V. de l’Assemblée Générale Extraordinaire réunie à la même date et qui aurait entériné le fait
que le mandat du G.M-Président passé de trois à cinq ans soit applicable au mandat en cours alors
que ce point n’était pas mentionné dans la convocation de ladite A.G.E., il n’a pas voulu, non plus,
soumettre au vote la révocation du Président et du Conseil d’administration et a clos la séance en
promettant la convocation d’une nouvelle Assemblée Générale avant les vacances.
1


2 -Il a fallu attendre la rentrée pour qu’une nouvelle A.G., avec comme seul ordre du
jour l’approbation des comptes et du budget précédemment désapprouvés, soit convoquée pour le
16 octobre 2010 sous une forme pluri-localisée.

3 -Par un jugement du Tribunal de Grande Instance du 7 décembre 2010, cette
Assemblée a été annulée. Ce même jugement ordonnait la convocation, par le Grand Maître –
Président en exercice, d’une nouvelle Assemblée avec pour ordre du jour l’approbation des
comptes et la révocation du Conseil d’Administration.

4 -Pour se soustraire à l’obligation de convoquer une A.G. avec un ordre du jour qui
comporterait leur révocation, le Président et le Conseil d’administration donnent leur démission.

5 -Devant la vacance de l’organe de gestion le Tribunal de Grande Instance de Paris,
par une ordonnance du 25-01-2011 désigne Maître Monique LEGRAND, administrateur
judiciaire, en qualité de mandataire ad hoc de l’Association G.L.N.F. pour une durée de six mois
et avec pour mission de (extraits) :

-Administrer l’association et la représenter dans les procédures judiciaires en cours

-Prendre toutes les mesures utiles pour permettre à l’association de se doter d’un

Président, d’un Conseil d’Administration dans le respect des règles statutaires

propres à l’association.

-Convoquer une Assemblée Générale avec pour ordre du jour, conformément à la

décision rendue le 7 décembre 2010 : l’approbation des comptes au 31-12-2009,

l’approbation du budget pour l’exercice 2010-2011, et, la révocation du Président

n’étant plus nécessaire, la ratification de la désignation d’un nouveau Président

conformément aux dispositions de l’article2.3 du règlement intérieur. …

…..pour simplifier, faire procéder à la ratification d’un nouveau Président désigné au

préalable par le comité des membres de droit que les constitutions désignent sous le

terme de Souverain Grand Comité.

Cela ne peut pas être plus clair. La G.L.N.F. n’a plus de Président-Grand-Maître et
l’administrateur ad hoc est chargée de mettre en oeuvre toutes les procédures statutaires
nécessaires pour que la G.L.N.F. puisse se doter d’un nouveau Président-Grand-Maître. En
attendant c’est elle qui est chargée de gérer l’association sur le plan administratif et financier.

François Stifani n’a plus aucun pouvoir et ceux qui détiennent aujourd’hui le pouvoir
maçonnique sont les Vénérables Maîtres seuls chefs de l’Ordre en attendant qu’un nouveau Grand
Maître soit désigné et ratifié par l’Assemblée Générale. François Stifani n’a que les pouvoirs que
nous voulons bien lui donner. Ne lui donnons aucun pouvoir et il n’aura aucun pouvoir. Cela
dépend de nous et uniquement de nous tous unis sous l’autorité des Vénérables Maîtres en place et
les nouveaux Vénérables Maîtres élus qui seront installés en septembre prochain par leurs
prédécesseurs seuls habilités à procéder à leur installation. Depuis la démission collective du
Président et des membres du Conseil d’Administration tous les décrets, toutes les ordonnances
aussi bien de nomination que de suspension signées François Stifani sont nuls et non avenus. Ces
décrets et ordonnances ont beau être signés François Stifani, Grand Maître, ils sont nuls et n’ont
aucune valeur. Ne leur donnons donc aucune valeur. Les Grands Maîtres Provinciaux nommés par
François Stifani Grand-Maître avant sa démission doivent rester en place pour expédier les
affaires courantes jusqu’à la mise en place d’un nouveau Grand-Maître. Ceux qui ont été nommés
après n’ont aucune légitimité, ils sont parfaitement illégaux.

Pour les installations des nouveaux Vénérables Maîtres en septembre prochain nous
sommes en droit de refuser l’entrée des temples aux prétendus officiers provinciaux nommés par
des Grand Maîtres Provinciaux illégaux.

2


Nous devons faire preuve de patience en restant dans cette logique.

-Un administrateur ad hoc pour la gestion courante et pour la mise en oeuvre de toutes

les formalités légales : gestion des procédures contentieuses, vérifications des

comptes, convocation des assemblées générales compétentes pour les approuver, mise

en place des procédures de nomination d’un nouveau Grand-Maître…

-Des Grands-Maîtres Provinciaux intérimaires pour assurer le suivi administratif dans

les Provinces (ceux qui étaient en place le 25 janvier 2011)

-Des Vénérables Maîtres pour la gestion des travaux maçonniques.

Mes Frères, nous devons rester dans cette logique même si nous trouvons que les
procédures judiciaires sont lentes, même si nous avons l’impression que l’administrateur ad hoc ne
va pas assez vite, que la vérification des comptes est plus longue que prévue et ne donne pas les
résultats spectaculaires que certains auraient voulu avoir. Je dirai plus loin ce que je pense des
comptes et des montages financiers sophistiqués qui ont vu la création d’un nombre
impressionnant de filiales financées par des fonds d’emprunt cautionnés par la G.L.N.F.

Nous sommes tous, à juste titre, impatients de voir l’exécution des ordonnances du
Tribunal de Grande Instance et en particulier celle du 25 janvier 2011. Cela fait plus de six mois
qu’elle a été prononcée et nous ne voyons rien venir. Nous avons raison de nous impatienter mais
n’oublions pas que l’appel des décisions du T.G.I. lancé par François Stifani et ses alliés a
largement contribué au ralentissement des procédures. Ne mettons pas Mme Legrand et François
Stifani dans le même sac au risque d’en faire des alliés objectifs. Mme Legrand a été désignée
pour accomplir un certain nombre de taches bien précises, laissons lui le temps de les effectuer et
faisons en sorte qu’elles aboutissent à l’élimination définitive de François Stifani et de ses affidés
et la mise en place d’une gouvernance qui aura toute notre confiance pour mener à bien les
réformes nécessaires afin qu’une situation comme celle que nous vivons ne puisse plus se
reproduire. Pour cela nous devons rester unis et ne pas nous disperser sur plusieurs adversaires.

Nous devons nous mettre d’accord sur la ou les personnalités que nous voulons faire
désigner par l’Assemblée Générale pour assurer une gouvernance provisoire avec les statuts
actuels et pour mener les réformes statutaires avant l’élection d’un nouveau Grand-Maître selon
les procédures prévues dans les nouveaux statuts que nous aurons votés.

De la légitimité

On entend depuis quelques semaines parler de légitimité dans l’opposition. Il y aurait donc
une opposition légitime et une opposition illégitime. En vertu de quels critères se ferait cette
légitimité ? Des critères chronologiques ? Ne sommes-nous pas des initiés ? Avons-nous oublié la
leçon de l’Evangile des ouvriers de la 12ème heure que l’on retrouve également dans certains
rituels de perfection ? Et tout d’abord devons nous continuer à parler d’opposition ? Dans le mot
opposition il y a l’idée d’une lutte entre deux clans. Ce n’est plus notre cas aujourd’hui. Si nous
restons dans cet état d’esprit les luttes continueront entre les divers courants qui chercheront à
s’emparer du pouvoir. Ce n’est pas l’état d’esprit de la G.L.N.F. telle qu’elle a fonctionné depuis
son origine. Si on voulait entrer dans le jeu de la légitimité historique il faudrait savoir où étaient
certains Frères, qui prônent cette prétendue légitimité, quand le Grand Maître Claude
Charbonniaud nous a proposé comme successeur Jean-Charles Foellner. Cela risquerait de
provoquer des surprises désagréables.

Aujourd’hui nous sommes plus de 80% des Frères de la G.L.N.F. qui voulons le départ de
François Stifani et de Jean-Charles Foellner et de tous ses amis dans les diverses structures filiales.
Aujourd’hui il ne doit plus ya avoir d’opposition, nous sommes tous légitimes, nous qui sommes
animés d’une volonté commune de réforme et d’assainissement.

3


Jouer la division, laisser émerger la lutte des Ego, c’est faire le jeu de François Stifani à qui
on offrirait une brèche où il ne manquerait pas de s’engouffrer pour se faire réélire ou tout au
moins pour faire durer la situation actuelle qui nous afflige et nous affaiblit. Oublions les
ordonnances de François Stifani et ses ukases et rentrons tous unis dans la phase de reconstruction
qui s’ouvrira à nous dès la publication des résultats de l’appel du jugement du 7 décembre 2010,
résultats plusieurs fois retardés mais qui arriverons en septembre et qui confirmeront, nous en
sommes certains, le jugement contesté par le seul Stifani.

La réforme ou la révolution ?

Compte tenu du pouvoir de nuisance de François Stifani et de son imagination fertile en
matière de manoeuvres dilatoires nous aurons certainement besoin de plusieurs Assemblées
générales pour mettre en place une gouvernance provisoire ayant toutes les compétences
nécessaires et sur laquelle nous nous serons mis d’accord en mettant de côté toutes nos rancoeurs
et tous nos appétits personnels.

Certaines Grandes Loges européennes d’abord puis, la Grande Loge Unie d’Angleterre ont
retiré leur reconnaissance à la G.L.N.F. J’ai été frappé par une phrase de leur communiqué que je
reproduis ici : « … en outre, les différents groupes à l’intérieur de la G.L.N.F. ont diffusé leurs
différents en public, souvent d’une manière excessive non maçonnique et, parfois dans un
langage diffamatoire… ces actions, tout comme le tumulte institutionnel qui en a résulté, ont
porté le discrédit non seulement sur la GLNF mais également sur la maçonnerie régulière elle-
même…»

Il est donc temps d’oublier les différents, d’oublier les querelles intestines et d’en venir à
l’unité et à la concorde. Les responsables des blogs doivent prendre conscience de cette situation
et agir en conséquence.

Je n’ignore pas toutes les difficultés que nous aurons à surmonter à commencer pour faire
la liste des membres de droits (ou membres du Souverain Grand Comité) appelés à voter à ces
Assemblées.

L’union à laquelle nous aspirons sera d’autant plus facile à atteindre que nos objectifs
seront clairs et simples pour une G.L.N.F. rénovée et non pas “révolutionnée”.

En ce qui concerne les statuts il convient de demander à des juristes compétents de
procéder à la fusion du règlement intérieur et des Constitutions pour, ainsi, lever les ambigüités
d’interprétation comme, par exemple, entre Président de l’Association et Grand Maître qui ont été
de tous temps une seule et même personne, entre membres de droit et membres du Souverain
grand comité etc… il apparaît aujourd’hui comme évident que ces ambigüités ont été introduites
dans les statuts de façon volontaire.

L’autre grande réforme, et je crois qu’il y a un large consensus là-dessus, c’est la
désignation des membres du Souverain Grand Comité. Il faut garder le principe d’une assemblée
qui pourra continuer à s’appeler Souverain Grand Comité mais la désignation de ses membres ne
devra plus être faite par le Grand Maître. Ses membres devront être élus par les Loges dans chaque
Province. Les candidats à cette fonction seront des Maçons reconnus pour leurs qualités
maçonniques et humaines et ne seront plus membre d’une coterie d’inconditionnels. A partir de
cette réforme il sera facile de mettre en place toutes les commissions nécessaires et dont on a
abondamment parlé dans toutes les discussions qui ont eu lieu ici ou là.

La question des filiales est plus délicate. Elles ont fait l’objet de montages financiers
sophistiqués par des hommes d’affaires compétents. Il conviendra de mettre en place, le moment
venu, une équipe de juristes et de financiers tout aussi compétents mais totalement désintéressés,
pour assainir ces structures. Mettre de l’ordre dans leur actionnariat, et examiner à la loupe tous

4


les contrats de gestion et de prestations de service que ces sociétés ont délivrés à de sociétés de
service appartenant à des membres de la G.L.N.F. Car, ne vous trompez pas, les seules
irrégularités, les seuls abus de pouvoir c’est dans ces structures qu’on va les trouver mêmes si
leurs comptes sont justes.

Voilà, mes Frères les objectifs que nous devons poursuivre dans les mois qui viennent. Les
candidatures à la Grande Maîtrise qui se manifestent ici ou là me paraissent prématurées. Il
faudra, dans un premier temps, mettre en place une gouvernance provisoire composée de Frères
aux compétences complémentaires tant maçonniques que juridiques et financières mais
compétences prouvées tant dans leur vie maçonnique que dans leur vie professionnelle.

Il faudra, je le répète, plusieurs Assemblées pour en arriver à cette désignation, il faudra
aussi beaucoup de bonne volonté et de patience. Il faudra que ceux qui ont des ambitions
personnelles privilégient l’intérêt général à leur intérêt particulier. Cela va sans dire mais encore
mieux en le disant.

Pour l’avenir proche, pour les installations du mois de septembre, soyons vigilants et
déterminés. Les seuls officiers légitimes sont les Vénérables Maîtres qui procèderont à
l’installation de leur successeur réglementairement élu. Ils pourront, s’ils le désirent, demander
l’assistance des G.M. Provinciaux et de leurs officiers légitimes et de leurs officiers, c'est-à-dire à
ceux qui étaient en place le 21 janvier 2011 à l’exclusion de tous autres désignés illégalement
après cette date.

François Stifani ne doit pas vous faire peur. Si vous lui montrez que vous n’avez pas peur,
il ploiera.

STIFANI N’EST PAS LA G.L.N.F

LA G.L.N.F. C’EST NOUS TOUS UNIS DANS UN MEME OBJECTIF.

Je signe de mon nom et de mon matricule

R.F. Louis BENEDETTI, matricule 34857
5

Partager cet article

Repost 0
Published by Vercingetorix
commenter cet article

commentaires

cincinnatus 29/07/2011 00:26


Vercingétorix (le vrai!) a su rassembler les Gaulois contre Rome, Jean Moulin les mouvements de résistance contre les Teutons, etc...etc...où est notre "rassembleur" à nous?
Je ne vois guère que des candidats qui se tirent allègrement la bourre, de façon plus ou moins feutrée, mais quand même!
Quand donc ces frères, dont certains sont parfaitement respectables, vont ils mutuellement se tendre la main?


Vercingetorix 29/07/2011 08:02



C'est pas faux, mais le  "peuple" Gaulois est composé de tribus dont depuis toujours la principale préocupation a été la querelle. Il le sait au 3ème étage, et c'est ce qui fait sa force.