Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 20:38

MADAME LA MINISTRE DE LA JUSTICE

 

Myosotis Lutece Mme le Ministre Justice CTD

Lettre ouverte à Mme Christiane TAUBIRA-DELANNON

Ministre de la Justice

Garde des Sceaux

 

Madame la Ministre de la Justice,

En notre qualité de Membres de la Grande Loge Nationale Française, nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur les dérives engendrées par l’ancien Président démissionnaire, Monsieur François Stifani et son équipe qui se propose de prolonger son mandat en utilisant les textes de notre association qu’il a contribué à manipuler pour son propre intérêt.

Nous avons informé par voie de courrier et de Lettre ouverte votre prédécesseur, Monsieur Michel Mercier, de l’historique de la situation dans laquelle est plongée la Grande Loge Nationale Française depuis la fin de l’année 2009 et dont la presse s’est largement fait l’écho depuis deux ans.

Cette crise générée par la dénonciation des pratiques douteuses d’une gouvernance utilisant les valeurs de la Franc-Maçonnerie et les détournant à son profit pour donner dans l’« affairisme » le plus sordide et entretenir des réseaux de la FrançAfrique, liant politique et « affaires africaines », n’a jamais pu être dénouée par voie de Justice.

Pire, un administrateur judiciaire, Maître Monique LEGRAND, a été nommé par le Tribunal de Grande Instance de Paris par une Ordonnance du 24 janvier 2011 sans que la situation n’évolue et qu’une élection digne de ce nom, c'est-à-dire non entachée de manipulations et malversations, ne parvienne à faire sortir l’association du marasme dans laquelle l’a précipitée ses propres interventions.

Au lieu d’exercer sa mission avec autorité et diligence, Madame Monique LEGRAND s’est fait proroger sa mission de façon non contradictoire, a multiplié les faux semblants, les promesses de communications de documents et de Comptes.

Elle a surtout laissé les anciens dirigeants de la GLNF encore abusivement en placemener une politique de déstabilisation de notre association, les laissant utiliser avec largesse les moyens de l’association.

Elle s’est prêtée, d’autre part, à des décisions autoritaires dictées par des membres dirigeants démissionnaires en acceptant que ceux-ci imposent, sous peine d’exclusion et de sanctions sous leur seul contrôle, le paiement des cotisations annuelles et participée à un simulacre d’Assemblée Générale qui a aggravée la situation en 2012.

Par ailleurs, en refusant systématiquement de transmettre les réclamations qui lui étaient faites, elle a continué à agir en toute opacité, à tel point qu’un certain nombre de membres de la GLNF ont été obligés de saisir la justice en référé pour obtenir des informations prévues statutairement par les textes, notamment les articles R.814-3 et R.814-32 du Code précité.

Elle est restée également totalement opaque sur sa rémunération, en violation de ses obligations (point 2.3.8 de l’Arrêté de 2009 fixant ses obligations déontologiques).

Ce n’est que récemment que nous avons pris la mesure des sommes considérables et proprement révoltantes consacrées à la rémunération de cet administrateur en fin de carrière, où le montant de 500 000 € est largement dépassé pour l’exercice 2011.

Pour compléter ce tableau financier, il nous faut vous indiquer également que le budget consacré aux auxiliaires de justice (avocats, huissiers,...) sur cette affaire avoisine les 2 millions d’euros.

En laissant perdurer une situation dramatique pour l’institution de nature à créer un trouble à l’ordre public et à mettre en péril le fonctionnement de la GLNF dont la vocation spirituelle a été complètement vidée de son contenu et gravement dévoyée, cet administrateur a failli à tous ses devoirs.

Aujourd’hui, grâce à ce laisser-faire coupable et sans doute orchestré, la Grande Loge Nationale Française, institution presque centenaire, a perdu toute reconnaissance internationale et même tout crédit.

Tous les sociétaires de la GLNF sont en attente de la décision définitive du Tribunal quant à la démission effective de François Stifani de son poste de Président ET de Grand Maître de notre obédience.

En l’absence de cette Arrêt d’appel, notre association poursuit sa dérive, permet à certains membres se prétendant Francs-Maçons de poursuivre leurs agissements en complète contradiction avec les objectifs d’une obédience maçonnique, et laisse perdurer une situation inique qui entache l’image de notre Justice républicaine.

Toute cette histoire finira probablement par la liquidation d’une association à caractère philanthropique qui aurait pu jouer un rôle pour l’avènement d’une société plus juste et plus humaine.

Mais, par delà cet évènement caricatural, nous souhaitons que soit mis fin à l’impunité, au déni de droit et à l’injustice dont sont victimes plus de 40 000 Francs-Maçons et membres de l’association GLNF.

Devant l’absence de solution actuelle, du fait des lenteurs de la Justice de notre pays, notre indignation légitime est à son comble.

C’est pourquoi, Madame la Ministre, nous sollicitons votre intervention auprès du Parquet compétent afin que vous preniez les mesures les plus urgentes et les plus adéquates pour la pérennité de la GLNF et le retour à une situation normale.


Nous vous remercions de la suite que vous voudrez bien donner à cette démarche.

Nous vous prions de croire, Madame la Ministre, à l’expression de notre haute et respectueuse considération.


Les Modérateurs du Myosotis de Lutèce

Partager cet article

Repost 0
Published by Vercingetorix
commenter cet article

commentaires

Ben AourH 24/05/2012 00:25

@Vercingétorix, mon Frère Bien Aimé,
À la faveur de cette "histoire d'Ô", tu as ouvert les vannes !

Si Madame la Ministre était l'hagarde des seaux ... la question serait : qui va écoper ?

Vercingetorix 24/05/2012 07:06



Excellent !



Ben AourH 23/05/2012 14:29

Si j'épelle la lettre ouverte, j'entends un "OH" signe d'indignation et de détresse mêlées.

Ce "hôlam" là (nom du son o en hébreu) sonne comme "holà" en français : Madame la Ministre mettez donc un "holà" à ces tergiversations pour que la Justice dont vous êtes en charge appose son sceau
et assèche les eaux de la querelle.

Nous vous donnons le premier mot : "au" répondez par le second "secours" dès que vous aurez perçu le signe de détresse des enfants de la veuve.

En hébreu, le "hôlam" s'indique par un point placé sur la lettre qui sonne avec, la "consonne".

Cette lettre ouverte pointe l'étrange traitement judiciaire de ce dossier : voilà une association qui rend ses comptes avec un grand retard, qui use d'artifices comptables pour dissimuler ou au
moins minimiser ses considérables profits, qui prélève néanmoins des "contributions exceptionnelles" depuis trois ans, qui est incapable de produire un "grand livre", qui tire grand profit d'un
important patrimoine immobilier par le biais de sociétés civiles qu'elle contrôle entièrement sans que cela apparaisse dans ses livres comptables, qui tient peu compte des voix des sociétaires
réunis en AG, qui est incapable de renouveler démocratiquement ses dirigeants, qui se ruine en procès couteux et autres administrateurs "protégés" dans la plus grande opacité (cf la "lettre de
soutien" de Monsieur Kurtz, magistrat), qui exclut ses membres "au bon plaisir", qui est régie par des statuts, constitutions et règlements sybillins (c'est le terme même employé par les
juges...).

N'est-il pas temps d'y mettre un point? un "hôlam" final ?

Les "oh" ouverts le sont depuis trop longtemps, les sociétaires s'y noient et voient venir la dissolution : le "solvare" au lieu du "salvare".

En somme, Madame la Ministre, peut-être vous revient-il d'allumer l'athanor !

Vercingetorix 23/05/2012 21:07



Espérons que cela ne soit pas le garde des "sots" !