Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 13:43

img157REVUE DE PRESSE du 6 au 12 novembre 2011

    2011 11 12 Revue de presse du 6 au 12 novembre 2011

Les évènements majeurs de la semaine

 

La semaine est clairement marquée par une offensive large de l’opposition à François
Stifani.

. La première nouvelle majeure de la semaine est constituée par le courrier d’Alain
Juillet, membre de l’ULRF, à tous les opposants. Elle constitue notre première
partie ;
. La seconde partie concerne la montée en puissance de l’ULRF dont le premier
Conseil d’Administration provisoire est convoqué pour le 19 novembre ;
. La troisième partie la politique de terre brulée conduite par F. Stifani
. La Quatrième partie rassemble les trois communiqués produits en fin de
semaine successivement par Claude Seiler, Francis Teitgen, et conjointement
par FMR et le MYOSOTIS Ligérien, qui sont à la fois des mots d’ordre de
mobilisation contre Stifani ce 3 décembre et l’annonce que des actions non
encore dévoilées sont engagées ou sur le point de l’être tant vis-à-vis de me
Legrand que vis-à-vis-vis de Stifani et son détournement d’une Tenue de Grande
Loge le 3 décembre
. Le cinquième chapitre traite des remous au sien du Grand Chapitre Français
. Enfin nous achèveront notre Revue par les articles divers.


Par ailleurs, ainsi que nous l’annoncions lors du précédente Revue de presse l’équipe de
rédaction se transforme. Avec Philippe, c’est maintenant Christian qui va faire équipe, (et
non pas un deuxième Philippe ainsi qu’initialement anticipé). Christian réside à Toulon au
coeur de la province de Provence, l’un des fiefs du stifanisme !

 

 

ALAIN JUILLET LANCE UN APPEL A L’UNION DE TOUS LES
OPPOSANTS

Le Mercredi 9 novembre

Le blog de l’ULRF dans son article « Union sans arrière pensée » et tous les myosotis publient
relai d’une longue lettre d’Alain Juillet très critique des manoeuvres de Stifani et des siens, et qui
surtout, lui-même étant membre de l’ULRF, lance un appel à l’union tous les opposants (annexe
1).

Il s'agit de la création d'un comité de pilotage des forces, de toutes les forces de l'opposition à la
gouvernance actuelle. Afin d’y apporter une plus grande sérénité Juillet propose que celui-ci ne
rassemble que des Frères non engagés dans la campagne à la grande maîtrise.

Par ailleurs Alain Juillet appelle à monter à Levallois le 3 décembre.

 

Le même jour le blog de l’EXPRESS, La Lumière commente longuement la lettre sous le titre :
« Alain Juillet – La GLNF de François Stifani devient un système dictatorial «.


Bouton-Myosotis
Bouton-Myosotis


Jeudi 10 novembre.

Dès le lendemain l’offre d’alain juillet reçoit un accueil très favorable des Ex GMP maintenant dans
l’opposition. Le blog Myosotis Paris Grande-Arche et bien d’autres myosotis publient la déclaration
du groupe des 14 GMP

Dans cette déclaration, le groupe des 14 GMP indique qu'ils rejoignent unanimement la proposition
d'appel à l'union d'Alain Juillet, et s’alignent sur la proposition de ce dernier visant à ce que tous
les délégués de Loge, que tous les Frères participent à la Tenue de Grande Loge afin qu'ils
signifient leur volonté d'en finir avec cette mascarade.

Vendredi 11 novembre

Le Myosotis Aquitaine s’écrit « Oh les beaux jours », constatant que depuis µ48 heures souffle un
vent nouveau, toutes les sensibilités de l’opposition accueillant favorablement l’initiative d’Alain
Juillet.

 

L’UNION DES LOGES REGULIERES (ULRF) PREND FORCE ET
VIGUEUR.

Dimanche 6 novembre

Le blog de l’ULRF nous informe de la tenue du 1er Conseil d'Administration Provisoire de l'Union
des Loges Régulières Françaises le samedi 19 novembre prochain à Paris, dont le premier travail
sera de préparer la première Assemblée Générale de L’ULRF

Le procès-verbal de réunion sera ensuite largement diffusé dans les délais les plus brefs.

Le Myosotis des Flandres reprenant un article de l’ULRF nous informe que les actions de l’Union
ne s'arrêtent pas.

Ainsi les réunions d’information organisées pratiquement tous les soirs dans les locaux de Bineau
au cours des dernières semaines ont-elles permis d’informer plus largement les Frères et
d’enregistrer de nouvelles adhésions individuelles et de Loges.

Il est à noter que ces réunions se déroulent dans toutes les provinces afin que l’information soit
diffusée au plus près des Frères.

 

De son côté le Collectif rhodanien fait le point « des questions d’actualité » en Vallée du Rhone
après l’appel d’Alain Juillet et les ralliements locaux, et par voie de conséquence appelle tous les
Frères à rejoindre l’ULRF.

 

Les réunions d’information relatives à l’ULRF se poursuivent dans les provinces et en particulier à
Paris dont le Calendrier est présenté de manière permanente sur le myosotis Neustrie.

 

PISAN poursuit sa politique de terre brûlée.


Plusieurs blogs reprennent l’article du Myosotis PACA, « Ferait-il le complexe d’Attila ? » dans
lequel on apprend que 187 loges soit environ 1 loge sur 8 ont déjà fait savoir aux avocats d’FMR
qu’elles avaient fait l’objet de mesures illégales, notamment de mise en sommeil.

Dimanche 6 novembre

Le myosotis Corse, fait savoir dans « Ordonnances de suspension » que deux loges
supplémentaires viennent d’être suspendues, amenant la Corse à rejoindre la moyenne nationale
de 1 sur 8.

Mercredi 9 novembre

Dans « ils nous poussent à la scission, et le sous titre : provocation à tous les niveaux » le
Myosotis Maine-atlantique aborde les différents moyens utilisés par Stifani pour faire pression sur
les loges. Vol et voie de fait, les Intentions et pressions judiciaires et les Radiations massives en
perspective des Frères et des loges sont les têtes de chapitre. Mais surtout il montre comment
certaines loges n’ont pas craint de résister.

Vendredi 11 novembre

Le Myosotis Occitan publie un long article précis sous le titre « Extorsion de fonds ? Appel à
témoins » rappelle que l’art. 312-1 du Code Pénal réprime « le fait d’obtenir par violence, menaces
de violence ou contrainte, soit une signature, un engagement ou une renonciation, soit la
révélation d’un secret, soit la remise de fonds, de valeurs ou un bien quelconque. L’extorsion est
punie de 7 ans d’emprisonnement et 100.000 euros d’amende »

 

L’opposition à Stifani reprend une offensive vigoureuse

Vendredi 11 novembre ;

FRM, immédiatement suivi par le Myosotis Breton publient les communiqués de Claude SELIER
(annexe 3) et du bâtonnier Francis TEITGEN (annexe 4).

. Claude SELIER s’élève avec force contre les fortes rumeurs indiquant les velléités de Mme
Legrand de vouloir ’imposer le paiement des cotisations non votées, invite tous les frères
et toutes les loges sanctionnés à transmettre à FMR (FMR - 21 rue Caillaux - 75013 Paris) les
copies des lettres recommandées qu’ils reçoivent ou vont recevoir pour non-paiement des
capitations ou contributions exceptionnelles.


FMR leur adressera à réception le pouvoir de représentation destiné à leurs avocats pour la
saisine de la commission de recours gracieux, procédure obligatoire suivant l'article 9-4 des
statuts, puis le cas échéant, du tribunal.

. Le bâtonnier Francis TEITGEN, quant à lui, nous informe que les ordres du jour pour le
Souverain Grand Comité ainsi que pour la tenue de Grande Loge du 3 décembre 2011 sont
sans contestation possible d'ordre civil.


Il somme donc l'administratrice ad hoc en la mettant en demeure de s’opposer aux
démarches de celui-ci qui se comporte comme gestionnaire de fait, mais aussi lui demande
de s'abstenir d'exiger des cotisations non votées par l'assemblée générale.

N.B.

Par rapport à cette note de F Teitgen nous avons noté la présentation et commentaires
explicatifs très clairs fournis par le Myosotis Lutèce sous le titre « Recadrage ».

Samedi 12 novembre

Le Myosotis Ligérien dans son article « Communiqué de FMR-LML » nous informe du dépôt d'une
demande d’autorisation de manifestation sur la voie publique afin que, dans le respect de la


Bouton-Myosotis
Bouton-Myosotis
Bouton-Myosotis
loi, puisse s’exprimer dignement et calmement la juste indignation des frères conformément aux
appels des différents courants de l’opposition.

Confirmant l’appel d’Alain Juillet, ce communiqué commun appelle tous les frères de la GLNF à se
mobiliser et à se préparer à rejoindre l’espace Marcel Cerdan de Levallois-Perret le 3 décembre
afin d’y faire entendre leur détermination et leur désir de protéger la franc-maçonnerie de Tradition.

Il est bien trop tôt pour en fixer aujourd’hui les formes précises, comme il n’est pas exclu que
d’autres actions en cours, sur lesquelles il n’est pas souhaitable de communiquer pour le moment,
ne viennent finalement bouleverser la belle mise en scène prévue par François Stifani.

 

Le blog Myosotis PACA dans son article « FMR et Myosotis Ligérien mobilisent » souligne la
pertinence de la demande d’autorisation à manifester sur la voie publique, étant donné qu’avec
ou sans cotisation payée, de nombreux Frères seront de toute façons empêchés d’entrer par des
vigiles aux ordres de Stifani pour cette cérémonie conçue pour la seule gloire de l’égo de l’Ex-
GM/Président démissionnaire.

Dimanche 13 novembre,

Le blog de l’EXPRESS, la Lumière, commente longuement les prises de positions successives de
Claude Seiler dont il souligne, « qu’il attaque l’administratrice judiciaire et mandataire ad hoc de
l’obédience, Maître Monique Legrand. Sans Gants » et ceux de Francis Teitgen sous le titre
« L’opposition à la gouvernance GLNF reprend vigoureusement l’offensive »

 

DES REMOUS AU SEIN DU GRAND CHAPITRE FRANÇAIS.

Samedi 12 novembre

Le Myosotis Savoie-Dauphiné, demande « Que se passe-t-il dans la province Dauphiné-Savoie »
compte tenu du silence de celui qui assure l’intérim de GMP local, et vient de rencontrer
longuement Daniel Jac…t, l’émissaire de Stifani.

Question d’autant plus pressante que l’émissaire de Stifani a été vu sortir très content de sa
rencontre, et de plus inviter des Frères du rite Français à aller le 19 nov. à Lyon pour soutenir la
candidature de Philippe Thom..s comme N°1 du Grand Chapitre Français (en remplacement de
Paul Fallet démissionnaire pour cause de graves soucis de santé)

 

Article qui reprend en partie et vient en résonnance de l’article du Myosotis PACA «Serait-il un
sous-marin de Stifani ?» dans lequel César s’étonne des premières ordonnances et premières
déclarations de Philippe Thom…s, à l’opposé de la politique massivement approuvée il y a six
mois par le Grand Chapitre Français., et donc de ce qui semble être une allégeance à Stifani par
le candidat pressenti pour la fonction N°1 de la Juridiction du rite Français.

 

Dimanche 13 novembre

Le Myosotis Savoie-Dauphiné, publie « maintenant ça suffit ». il s’agit en fait du titre d’une nouvelle
lettre d’information que vont produire des FF du rite français, à la fois choqués par les actions de
désinformation de quelques Frères du Français et frappés par le manque de connaissance de la
réalité de la situation, (encore aujourd’hui !) par de nombreux Frères de leur environnement.

 

 

ARTICLES DIVERS

Samedi 5 novembre

Le Myosotis Réunionnais nous dresse de façon humoristique le portrait du « Pervers narcissique »
d'après Isabelle Nazare-Aga (extraits du livre "Les manipulateurs sont parmi nous").

À vous de trouver la pertinence de cet article…

Le jeudi 10 novembre

Le Myosotis PACA nous invite au Club écossais du grand temple de Marseille, sous le titre « Thé
dansant et série de purs hasards »

On y découvre une succession bien surprenante, mais tout à fait représentative, de la nébuleuse
Foellnéro-stifanienne, de coïncidences entre la SA la Truelle-le Club Ecossais-le GLNF 101, la
direction stifanienne de la province de Massilia, etc… et le constat que Me Legrand n’a toujours
pas fait engager les véritables audits.

 

EN CONCLUSION

Nous percevons clairement que cette crise de la GLNF, comme celle-ci n’en a jamais
connue depuis bientôt 100 ans, arrive dans une phase finale.

D’un coté, les GMP stifaniens se sont lancés dans une compétition interne pour remplir au
plus vite leur quotas de suspensions, radiations, et mises en sommeil de loges ;

De l’autre coté, l’Union des Loges Régulières se structure et convoque la première réunion
de son conseil d’administration provisoire, et l’union des diverses tendances (hors celles
qui ont déjà adhéré à l’ULRF et à la maison des Maçons) prend forme également à
l’initiative de Juillet, lui-même membre de l’ULRF ;

De plus FMR et les Myosotis nous informent des actions en justices nouvelles dont ils
menacent aussi bien Stifani que Me Legrand.

Il est certain que cette confrontation monte en puissance, et que plus aucun Frère ne
pourra dire « je ne savais pas. »

 

Fraternellement

Philippe et Christian

 

ANNEXE 1 : LETTRE D’ALAIN JUILLET

 

Mon Très Cher et Bien Aimé Frère,

Lors de la suspension des relations avec la GLNF par la Grande Loge Unie d’Angleterre, même
les plus sceptiques d’entre nous ont pu constater que le mensonge était bien le seul mode de
communication de celui dont le principal titre de gloire aura été de nous faire rejeter par la majeure
partie de la Franc-maçonnerie internationale. Devant une telle honte dans cette façon de procéder
vis à vis de nos Frères Anglais, j’ai donc décidé de m’astreindre au silence pour prendre le recul
nécessaire afin d’observer, écouter les Frères, suivre les initiatives prises et analyser les actions


engagées par les uns et les autres au travers de la lecture des blogs et des diverses publications.
Puis est venu le temps de l’échange et du partage du constat et des idées avec les Responsables
de nos Rites et de Grandes Loges étrangères.

Contrairement à ce que François Stifani veut nous faire croire à travers des Brèves répétitives et
lénifiantes, dans lesquelles il utilise le verbe maçonnique comme paravent pour abuser les Frères,
la situation de notre Obédience se dégrade tous les jours un peu plus. Dans une fuite en avant
ayant pour objectif exclusif de conserver le pouvoir et ses avantages, celui qui nous a délié de tout
engagement à son égard en démissionnant de la présidence de l’association se considère toujours
Grand Maitre de l’Obédience. Il est vrai que nous sommes dans l’attente d’une décision de la cour
d’appel dont les reports successifs sans justification réelle et sérieuse posent à certains de façon
flagrante et cruciale le problème de l’indépendance de la justice française à quelques mois
d’élections nationales.

Face à un administrateur judiciaire qui laisse malheureusement faire François Stifani, celui-ci
continue de diriger pleinement la GLNF en utilisant les talents procéduriers de ses conseils pour
retarder le plus possible l’échéance du vote qui décidera s’il a gagné ou perdu. Pour assurer sa
victoire il en profite pour éliminer, dans des conseils de discipline aux relents de tribunaux
révolutionnaires, tous ceux qui ne sont pas de son avis et réclament le respect des règles
maçonniques et de la régularité. Il nomme des hommes de main zélés, assoiffés de la
reconnaissance profane qui leur a toujours manqué, à des postes de responsabilité selon des
critères qui relèvent plus d’une communauté de langage, de rites et d‘intérêts propres à certains
habitués des chambres de justice de la république qu’à des qualités maçonniques éprouvées.
Ayant remplacé depuis le début de la crise largement plus de la moitié des membres du Souverain
Grand Comité, il se crée une majorité « démocratique » pour assurer sa réélection qui frôlera
bientôt les 99,9% chers à certains de ses amis étrangers.

Tout ceci s’accompagne d’une propagande montant les uns contre les autres, loges bleues contre
hauts grades ou grades de sagesse, province contre Paris, intellectuels contre clubistes, où les
mensonges et les amalgames en tous genres sèment le doute et trompent beaucoup de nos
frères. La pratique systématique du bouc émissaire lui permet de rejeter sur d’autres ses propres
erreurs et turpitudes. Tout ce qui tourne autour de la perte de la reconnaissance auprès des
grandes loges étrangères et les attaques contre les principaux Rites, plus particulièrement le
REAA et le RF, en sont des exemples flagrants. Force est de constater que le secret
d’appartenance est bafoué tous les jours et que la pratique de la fraternité n’est pas celle pour
laquelle nous sommes entrés en maçonnerie. A marche forcée François Stifani n’a de cesse de
nous faire passer d’une organisation maçonnique à un système dictatorial dont chacun reconnaitra
l’origine et le modèle et dans lequel certaines relations africaines provoquent malheureusement un
questionnement des journalistes d’investigation sur leur finalité.

Dans le même temps les multiples tendances de l’opposition se déchirent à coup d’anathèmes. En
dépit de la bonne volonté de leurs auteurs, les pétitions sans avenir sérieux vu le nombre de
signataires ou les lettres de protestations aux diverses institutions qui ne répondent jamais dans
une pratique de neutralité rarement bienveillante, se perdent dans le néant. Les organisations et
textes juridiques imaginés pour une évolution nécessaire aujourd’hui bloquée par la volonté d’un
homme, les suppliques à un administrateur judiciaire qui oppose le silence et se réfugie dans ce
qu’elle pense être la stricte application de la loi ne débouchent sur rien de concret. Les enquêtes
des blogs qui souvent lèvent des coins du voile camouflant les dérives de notre obédience, les
actions plus physiques d’occupations de certains indignés, sans oublier les cris de tous ceux que
l’on jette hors du Temple pour les faire taire, ne donnent aucun résultat tangible. De surcroît, dans
une parfaite illustration du syndrome du village gaulois, chaque initiative d’un clan est dénoncée
avec force par les autres au nom de l’histoire, de la règle, de sa vision de la maçonnerie ou de
relations passées conflictuelles.

Au lieu d’avancer unis à la bataille contre un adversaire à la résistance d’autant plus redoutable
qu’il se bat le dos au mur, convaincu de son impunité, nous sommes les spectateurs et les
victimes du bal des égos des nombreux prétendants, convaincus qu’ils ont un motif à leurs yeux
évident pour briguer la magistrature suprême. Il s’y ajoute, car il faut le reconnaître, un grand
nombre de Frères qui souhaitent réellement un changement mais veulent le voir assumé par


d’autres, dans une application pratique du principe de précaution dont nous savons
malheureusement qu’il caractérise un comportement nous remémorant douloureusement certaines
heures sombres de notre histoire.

Parmi les multiples initiatives récentes deux me paraissent porteuses d’une plus grande efficacité
par leur capacité de rassemblement si nous sommes capables de les faire évoluer : l’ULRF et le
groupe des 14 GMP dissidents. Le problème est simple : pour réussir nous devons rassembler un
maximum de Frères et de loges identifiables et parfaitement identifiées car c’est le principal signe
de légitimité reconnaissable par la Grande Loge Unie d’Angleterre et nos pouvoirs publics. Seuls
ces deux ensembles peuvent y parvenir s’ils travaillent ensemble puisqu’en interne à la GLNF tout
opposant imprudent fait l’objet d’une chasse aux sorcières étonnante, l’actuel Guide autoproclamé
arguant par ailleurs que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Parallèlement nous
devons nous montrer solidaires de tous les frères, quelles que soient leurs sensibilités, qui
subissent les foudres de l’équipe actuelle pour délit d’opinion. Enfin il faut donner des consignes
appliquées par tous pour reprendre l’initiative. C’est ainsi que dans le cas où la tenue de Grande
Loge se tiendrait le 3 décembre, il ne faudra pas pratiquer la politique de la chaise vide mais y
participer sans faire de scandale mais en refusant par notre vote tous les rapports présentés et
bien entendu la nomination des membres du comité de discipline.

Aujourd’hui, sous les coups de boutoir des attaques et des actions de basse propagande venues
de tous bords, les GMP en dissidence sont éclatés en plusieurs parties et leurs chefs accusés de
tous les maux. De même l’ULRF, association fraternelle à laquelle chaque membre de la GLNF
peut adhérer sans problème conformément à la décision du 2 octobre 2001 du tribunal de Nice, a
été travestie en une coterie de membres de FMR et des blogs Myosotis voulant créer une
obédience alors qu’il suffit d’en lire les statuts pour rendre évidente et flagrante la manipulation de
communication de François Stifani sur le sujet. Chacun de ces groupes, qui se sont organisés
autour de ses spécificités, est bien entendu infréquentable aux yeux de tous les autres. Au lieu de
se laisser intoxiquer par des manipulations venues principalement de l’obédience, tout le monde
ferait mieux de s’inspirer de la sagesse de notre bon roi Henri IV pour qui Paris valait bien une
messe et se souvenir que c’est l’union qui fait la force.

Après avoir consulté et travaillé avec les fondateurs et des frères de bonne volonté à l’URLF, dont
je fais partie depuis l’origine, j’ai échangé avec la plupart des GMP pour comprendre les
différences d’approches. J’ai discuté avec des candidats déclarés comme Jean Murat, ou des
Frères de grande expérience comme Jean Claude Tardivat, et d’autres moins connus
publiquement mais reconnus aussi pour leur sagesse. Fort de leurs avis et réflexions, je propose
de créer un comité de pilotage commun à toute l’opposition dans lequel j’invite tous les leaders et
candidats à me rejoindre pour qu’il soit le plus représentatif possible. Compte tenu de ma volonté
de ne pas être candidat à la Grande Maîtrise, comme je l’avais déjà écrit en son temps à François
Stifani, je suis prêt à en assurer la présidence et en être le porte parole en apportant les conditions
et la garantie d’un dialogue nécessaire car réclamé par la majorité des Frères. Sans que ceci
revête une quelconque obligation d’appartenance pour les participants, le secrétariat en sera
assuré par l’ULRF qui est actuellement la structure la mieux organisée. Elle va procéder dans les
prochains jours à la première réunion de son conseil d’administration, plus ouvert aux différentes
sensibilités de l’ensemble de notre Obédience que la structure provisoire en place, puis
j’organiserai une première réunion du comité de pilotage de l’opposition dans la période précédant
le 3 décembre.

Dans ce cadre, personne ne devra chercher à imposer ses idées aux autres car aucun des
opposants ne détient la vérité absolue et n’a le monopole des vertus maçonniques ou de
l’interprétation de la règle en douze points. C’est pourquoi ce rassemblement ne peut se faire
qu’autour de quelques principes communs, définis le mois dernier dans deux déclarations signées
par la quasi-totalité des opposants, dont le premier est le départ de François Stifani.

Si nous y arrivons, et je ne doute pas que nous y parvenions, une équipe devra alors se mettre en
place pour arrêter les dérives, remettre de l’ordre et restaurer la confiance pour organiser l’élection
du futur Grand Maître dans un climat apaisé, loin des règlements de compte déjà préconisés par
quelques revanchards adeptes de la charia ayant oublié la force de la tolérance et de la fraternité.
Pour éviter toute suspicion pas forcément illégitime, ceci impliquera que tous les membres de


l’équipe chargée de remettre en marche l’obédience durant cette période intérimaire s’engagent à
ne pas se présenter à la Grande Maîtrise. Je suis convaincu que c’est la seule solution pour que
tout le monde se fédère sans arrière-pensée et retrouve l’unité indispensable. C’est aussi
pourquoi, ayant réussi ma vie ailleurs et n’ayant pas d’ambition particulière, je suis prêt à en
assurer le pilotage dans l’intérêt de tous. Durant cette période intérimaire, tous les prétendants
pourront alors faire campagne avec leurs équipes, expliquer leurs idées et les mesures qu’ils
veulent prendre pour que les frères puissent choisir en toute sérénité celui qui représentera le
mieux les attentes de la majorité et permettra de reprendre notre vraie place parmi les Grandes
Loges dans le concert mondial.

Je ne peux cependant conclure cette lettre sans envisager la possibilité d’un échec car l’adversaire
est coriace et ses appuis occultes non négligeables depuis qu’il nous a inféodés au pouvoir en
place comme le rappelle un livre récent sur « La République du copinage ». Le combat que nous
menons en interne pour retrouver la lumière de nos fondamentaux est en opposition totale avec
l’approche de François Stifani et de sa petite clique devenue quasi familiale. Les modifications
statutaires, les changements de responsables, les pratiques actuelles alternant promesses et
menaces rendent notre action très difficile. Nous ne réussirons que si la justice et l’État jouent leur
rôle pour faire respecter les règles et lois de la République car nul n’est au dessus des lois qu’il
soit franc maçon, avocat ou président d’association et tout finit par se savoir. Quoiqu’en pense les
dignitaires actuels, le temps travaille pour nous.

Si nous échouons le problème se posera de décider si nous restons dans un système qui n’aura
plus rien de maçonnique ou si nous partons. Dans ce cas il faudra choisir si nous abandonnons la
maçonnerie ou si nous allons travailler ailleurs dans une Grande Loge régulière étrangère ou en
France dans une obédience non régulière. A l’heure actuelle un certain nombre de Loges et de
Frères ont entamé ce processus à Paris et en province. Pour ma part je continuerai le combat
jusqu’au bout pour la défense de la maçonnerie traditionnelle et de la régularité à la GLNF mais en
cas d’échec je resterai en France quoi qu’il arrive. La sagesse est aussi de savoir que notre
démarche se situe hors du temps face à un profane en tablier confronté à des échéances qui sont
inéluctables.

Que le Grand Architecte nous donne force et courage dans ce juste et légitime combat devenu le
devoir de chaque Maçon reconnu et régulier pour redonner aux frères cette espérance et cette foi
dans l’avenir de l’homme qui caractérise la franc-maçonnerie universelle. Tous ensembles il est
temps de retrouver le chemin de cette parole que nous avons perdue par la faute et l’obstination
d’un seul qui devra en assumer l’entière responsabilité face à l’histoire mais aussi face à ses pairs.

Sois assuré, mon Très Cher et Bien Aimé Frère, de mon affection toute fraternelle.

Alain Juillet

 

Annexe 2 : Communiqué de Claude SELIER

 

Mes très chers Frères,

Prenez connaissance du communiqué du Bâtonnier Francis TEITGEN qui est reproduit ci-
dessous.

Vous verrez que Maître Monique LEGRAND semble décidée à soutenir l’attitude scandaleuse de
François STIFANI qui va jusqu’à usurper les fonctions dévolues à l’administrateur ad hoc. Elle
semble se satisfaire qu’il soit empiété sur les fonctions qui lui ont été dévolues par la justice de la
République.

Nous apprenons qu’elle envisage même de faire adresser un courrier à tous ceux qui n’auraient
pas réglé leur cotisation pour les exclure de la GLNF et leur interdire ainsi de s’opposer à la
honteuse gouvernance de la GLNF. Certains de ces courriers commencent à nous parvenir. Nous
allons nous opposer avec vigueur à cette initiative.


Je vais confirmer dès la semaine prochaine à Maître LEGRAND la lettre que je lui ai adressée le 4
mai 2011 lui demandant de convoquer la Commission de Recours Gracieux préalablement à toute
intervention en justice conformément à l’article 9 des statuts de la GLNF. Nous avions différé cette
confirmation espérant une décision plus rapide de la Cour.

J’invite les frères et les loges sanctionnés à transmettre à FMR les lettres recommandées qu’ils
reçoivent et nous leur adresserons à réception le pouvoir de représentation destiné à nos avocats.

Nous voyons bien que le combat arrive à son terme, mais nous avons encore besoin de toute
votre énergie pour faire triompher et le droit et la vérité.

Pour ceux d’entre vous qui doutent encore ; soyez certains que rien ne peut arrêter ceux qui
combattent pour une juste cause.

L’Union des Loges Régulières est le lieu où nous devons nous rassembler.

Toute l’opposition montre désormais sa volonté d’union et nous nous en réjouissons.

Avec mes sentiments fraternels

Claude SEILER

 

ANNEXE 3 : COMMUNIQUE DE ME FRANCIS TEITGEN

 

FMR a mis en place, avec l'aide des Frères courageux et opiniâtres qui mènent depuis bientôt trois
ans le combat judiciaire contre François Stifani et ses proches, les mesures qui s'imposent dans la
situation actuelle qui est tout à fait préoccupante.

Le prétendu grand maître a convoqué une tenue solennelle de Grande Loge le 3 décembre 2011
ainsi qu'un Souverain Grand Comité le 2 décembre 2011. L'ordre du jour de ces réunions est sans
contestation possible d'ordre civil.

Ainsi, François Stifani continue de confondre volontairement le président et le grand maître afin de
s'immiscer en permanence dans la gestion de votre association bien qu'il ait démissionné de
toutes les fonctions exécutives qui étaient les siennes. Cette stratégie est d'autant plus choquante
qu'aucun ne le reconnaît plus comme grand maître et que la confusion qu'il entretient a contraint
les obédiences étrangères à suspendre leurs relations avec la GLNF.

C'est pourquoi, FMR et les frères impliqués dans la bataille devant les tribunaux ont donné mission
au bâtonnier Francis TEITGEN, leur avocat depuis l'origine, de mettre en demeure Me Monique
Legrand, administrateur judiciaire nommé à leur requête, de s'opposer aux nouvelles démarches
de François Stifani et de lui interdire de se comporter en gestionnaire de fait.

Il est également demandé à l'administrateur de s'abstenir d'appeler les cotisations, a fortiori avec
des menaces de sanctions, puisque les statuts de la GLNF prescrivent que c'est le conseil
d'administration, et lui seul, qui, sur proposition du grand trésorier, soumet à l'assemblée générale
ordinaire annuelle le montant des cotisations qui doivent être appelées au regard des comptes
sociaux et du budget.

Or les fonctions du conseil d'administration sont assurées aujourd'hui par l'administrateur judiciaire
et lui seul, qui ne saurait dès lors tolérer, sauf à compromettre la bonne exécution de la mission qui
lui a été confiée par le tribunal, quelque empiétement que ce soit sur ses compétences.

Si des cotisations étaient appelées nous demanderions à tous les Frères qui ne l'ont pas encore
fait de prendre contact avec nous, afin de saisir la commission de recours gracieux et, le cas
échéant les tribunaux, pour faire cesser cette violation des règles qui régissent notre association.

Nous attendons avec sérénité l'arrêt de la cour d'appel de Paris qui doit être rendu le 13 janvier
2012 et qui, n'en doutons pas, sera dans la ligne définie par le tribunal de grande instance de
Paris, rappellera à François Stifani et à ses proches que la force reste au droit.

Francis TEITGEN


Avocat à la Cour, Ancien Bâtonnier de l’Ordre

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vercingetorix
commenter cet article

commentaires