Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 06:50

976-rodin---le-penseur-300-300Une réflexion d' Anaxagore

 

Trop longtemps on a voulu croire, ou nous faire croire que la crise de la GLNF se résumait à une simple question de personnes. Faire son deuil de la GLNF passait nécessairement par cette acceptation douloureuse que le système était totalement perverti de l’intérieur, et que nous avions (plus ou moins) longtemps retardé le moment d’ouvrir enfin les yeux.

 

Certes, face à un personnage à l’égo hypertrophié, il était facile de ne considérer cette lente dégradation que comme un combat des chefs, désireux de s’approprier enfin le pouvoir pour eux-mêmes. Quoi de plus légitime d’ailleurs ont du penser certains, gagnés par une morale et une lassitude poujadistes…

 

Même si cette pâle démonstration fait encore long-feu chez les derniers partisans de Monsieur Stifani, force est de constater qu’après plus de 30 mois, les attaques sur la forme ne parviennent plus à mobiliser les partisans de ce dernier, tant son discours sur le fond s’est vidé de toute substance (même le blog Affidelis a fini par se saborder !)

 

Il reste aujourd’hui le triste spectacle des derniers courtisans, de ce règne ou d’un précédent, s’accrochant contre toute raison à un hypothétique sauvetage de l’intérieur.

 

Lire sous la plume de Jean Murat, ce maçon respecté, qu’il charge son avocat de préserver par des voies judiciaires les résultats d’un scrutin aux résultats embarrassants montre à quel point et même là, la GLNF a définitivement perdu son âme et ses dernières valeurs maçonniques.

 

Le monstre juridique, créé de toutes pièces et savamment alimenté par Monsieur Stifani (souvenons-nous notamment du premier procès en concurrence déloyale intenté à FMR…) a perverti tous ceux qui n’ont pas su ou voulu se tenir aux limites au-delà desquelles la sagesse et la maîtrise de ses passions commandaient de délaisser ce combat devenu insensé.

 

« Si tu plonges longuement ton regard dans l’abîme, écrivait Nietzsche, l’abîme finit par ancrer son regard en toi »

 

Entre des pactes aussi vite oubliés que proposés, des réformes à facettes plus illusoires les unes que les autres, des démissions plus ou moins spectaculaires et pour finir, les renvois des derniers caciques, la GLNF est aujourd’hui en panne de maçonnerie.

 

Elle n’existe plus que dans le paraître et pousse jusqu’à l’absurde ses propres contradictions : ne va-t-on pas prochainement « conférer » aux derniers Grands Maîtres Provinciaux un 33ème degré de circonstance pour « gérer » localement le pseudo-suprême-conseil que Monsieur Stifani vient de s’offrir après avoir voué aux gémonies toutes les Juridictions régulières !

 

N’est-ce qu’anecdotique ? Pas plus, pas moins que l’orchestre jouant « Plus près de toi mon Dieu » au moment où le Titanic sombrait…

 

A l’évidence, je ne dresse ce constat qu’en direction du dernier carré de fidèles qui soutiennent Monsieur Stifani en toute connaissance de causes.

 

A l’évidence, il ne s’adresse pas à tous ces Frères sincères dans leur démarche maçonnique, bien souvent dépassés par une crise dans ils n’ont pas toujours compris les enjeux, victimes d’une communication viciée, mais qui, au fond d’eux-mêmes, ont conscience qu’ils n’ont plus rien en commun avec ces gens-là.

 

Néanmoins, ils reportent, toujours à demain, toujours à la prochaine Assemblée Générale, toujours à la prochaine décision de justice, ce choix intime qu’ils savent pourtant inéluctable, par confort, par peur ou par faiblesse…

 

Peu importe que les Grandes Loges britanniques retirent aujourd’hui, demain ou après-demain leur reconnaissance à la GLNF, chacun sait, chacun sent que cette décision est déjà prise. Il ne sert à rien de se réfugier derrière un calendrier pour éviter son propre miroir.

 

Pas plus qu’il ne sert d’attendre la création annoncée par certains –toujours tellement bien informés qu’on ne peut que s’interroger sur la « situation » très élevée de leur source... et sur leur motivation réelle…- de cette fameuse « Fédération » de Grandes Loges…

 

Elle se fera, probablement avec le temps et dans la durée. Les discussions entre toutes les puissances maçonniques n’ont pas débuté hier et chacun mesurera l’importance du chemin à accomplir à l’intérieur de nombre d’entre elles avant qu’elles puissent tracer avec les autres une route commune.

 

Pour autant, cette perspective toute positive qu’elle soit, n’apportera pas de solution immédiate à tous ceux qui, à la croisée des chemins, devront dès demain prendre seul leur destin maçonnique en mains.

 

Par ANAXAGORE (BBC)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vercingetorix
commenter cet article

commentaires

TONTON BERETTA DE LA BUTTE 10/07/2012 18:32

Ils n'ont pas perdus leurs valeurs ! ils n'en avaient pas .
Tribiz

Vercingetorix 10/07/2012 23:10



Nous nous en sommes rendus beaucoup trop tard !



l'ancien frère de la grande couronne 10/07/2012 08:03

Mon BAF Anaxagore
ton propos est clair sur la situation actuelle, malheuresement nous constatons des chemins différents pour les F qui quittent en ce moment la GLNF, parce que les "chefs" des rites n'ont pas uni
leurs efforts pour ne faire qu'un, et surtout qu'ils obéissent aussi, il faut leur rendre cette justice, aux règles de reconnaissance des représentations de leur rite au niveau international.
Si le retrait de la reconnaissance par les GL britanniques n'est pas prononcé, il est de fait que nous constatons que la GL de Russie crée un district pour le Rite Français, comment cette GL
pourrait le faire si elle n'avait pas une autorisation tacite de la GLUA.
Comme tu le constates la GLNF a perdu les valeurs maçonniques bases de la régularité et de la reconnaissance, mais les F ont perdu le sens du rassemblement à cause de sollicitations multiples par
la création de la GLAMF, de la GL du Sud etc...et surtout des pourparlers avec la GLDF, le réveil pour le RER d'une Loge dépendant du F.O etc...ce qui crée hélas des dissensions entre les F d'une
Loge qui unanimenent décident de quitter la GLNF mais vont dans des directions différentes estimant en toute bonne foi et en hommes libres qu'ils ont raison;
Voilà une situation déplorable dont FS en est le responsable, le mal qu'il a fait n'est pas seulement d'avoir détruit l'édifice que des générations ont constitué, mais a jeté les F dans la division
et l'affrontement...ce n'est pas la jusrtice profane qui doit le punir, mais la justice maçonnique et le mettre au ban de la fraternité universelle dont il s'est lui même exclu...
je ne suis pas heureux d'avoir démissionné de la GLNF car c'est un échec pour moi de ne pas avoir jeté hors du temple tous ceux qui y ont entré les métaux, mais réaliste devant un système blindé
juridiquement profane, il n'était qu'une seule solution partir comme tous les F pour que l'édifice s'écroule...
Mes BAF quand nous ferons à nouveau la chaîne d'union elle sera celle du renouveau avec tous les F dans le monde qui n'ont qu'un but "la lumière"