Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 06:00

img164Les larmes de Monsieur S...................................

 

Depuis des mois et des mois, Monsieur S...s'accroche au pouvoir, comme un noyé à une improbable bouée.

De menaces en cajoleries, de roueries en fausses promesses, Monsieur S... tente encore de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Il ne s'agit pas ici d'ergoter sur tel ou tel détournement de fond, tel abus menant à la construction d'appartement somptuaire, sans rapport avec l'objet de l'association.

Non, ça c'est l'affaire de la justice, et cela viendra en son temps.

Notre affaire est "plus grave", car elle porte sur l'essence même de notre engagement.

Le brigandage dont il s'agit est celui du détournement de nos valeurs, de la confiscation de ce qu'est la maçonnerie. Du vol de la règle en douze points, etc....

Il s'agit d'un comportement qui disqualifie celui qui aurait du être un modèle de discrétion, d'écoute et de dévouement.

Il s'agit d'une telle soif de pouvoir, qu'il en arrive à diviser les Frères pour asseoir un ersatz de pseudo spiritualité.

Il est aidé en cela non pas par l'Amour Fraternel, ou la charité, vecteur du don de soi, mais par une cour de complices qui se satisfait de hochets et de dorures.

L'autre outil de son pouvoir est la menace, suivie de la sanction. Monsieur S... règne par la terreur. Dans cette affaire, ce qui est réellement le plus affigeant est la soumission de certains au pouvoir parce que c'est le pouvoir.

C'est tout simplement une aberration, un contresens à l'endroit de notre démarche.

Nous avons désiré la Lumière, et nous avons été jugés dignes parceque nous mettons notre confiance en Dieu (et non pas en un quelconque guidespirituelinfaillbleevêque) et que nous sommes LIBRES et de bonnes moeurs.

D'ailleurs, il est écrit: "la maçonnerie t'a libéré de l'ignorance, des préjugés et des superstitions. Elle t'a tiré de la servitude et de l'erreur".

 

C'est du brigandage de cette liberté que Monsieur S... se rend coupable.

 

Alors: "Malheur à ceux qui aspirent à ce dont ils sont indignes", Malheur à ceux qui assument une charge qu'ils ne peuvent pas porter".

 

Monsieur S... vous rendrez des comptes de tous ces brigandages.

Il appartiendra bientôt à d'autres de rendre l'honneur perdu de la GLNF.

Cet honneur bafoué à chaque temps fort de l'obédience:

- Propos et attitude injurieux lors du SGC du 4 décembre

- lynchage public de TRF qui ont dit "stop".

- Viol permanent de nos consciences

- Investissements inconséquents

- AG du 25 mars ignorée

- Faux audit des comptes

- AG pluri atomisée

- Résultats pluri tripotés

- Tentative de main mise sur les juridictions souveraines

- Disparition du Conseil de Sages

- Disparition de la tenue de Grande Loge annuelle

 

Tout ceci Monsieur S... veut l'effacer.

Pour pérenniser le fruit du brigandage, il nous propose, tout d'abord, avec quelques uns de ses lieutenants, le colloque des 3 et 4 décembre, puis son acte de contrition en date du 23 novembre.

A propos, ce colloque où tous les Frères sont invités à participer doit être mis en parallèle avec le motif du morcèlement de l'AG: cela devait permettre par souci d'économie et de proximité, la plus large participation des délégués au vote (2500 participants).

Là, il s'agit de réunir 38000 Frères au bas mot, et il nous est proposé comme lieu de réunion: Pisan.

Vous voyez que Monsieur S... n'est décidément pas sincère.

 

Alors les larmes de crocodile de Monsieur S... nous laissent de marbre.

 

A propos de crocodile, la GLNF a-t-elle besoin d'aller embrasser tel ou tel dictateurs africains qui méprisent les populations dont ils devraient assurer le bonheur?

 

Mes Frères vous sentez vous proches, en harmonie, en fraternité de coeur et d'esprit avec de tels individus ?

 

Non, mille fois non, nous Frères de la GLNF ne pouvons pas être

complices de ces individus. Ce, sont des oppresseurs et non des Frères, ou alors nous nous sommes trompés sur la notion de Fraternité.

 

Faisons tous notre examen de conscience: Ou nous sommes complices, ou nous mettons Monsieur S... et sa clique dehors.

fmr-bulletindadhesion

La GLNF déboutée contre FMR

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vercingetorix
commenter cet article

commentaires

Le machiavélique 24/11/2010 18:20


Allez soyons machiavélique ......

Et si tout simplement, l’idée derrière ce magnifique discours symbolique , n’était pas tout simplement la nomination par la province des futurs VM , “tout nouveau tout beau” ?

imaginez: des votants à la solde du guide pour sa réélection dans deux ans – pour un mandant de 5 ans ????

C’est à en pleurer,


Vercingetorix 24/11/2010 18:26



A ce point ?!



JML 24/11/2010 12:36


Tu t’interroges, légitimement, sur la signification Maçonnique de cette lettre du G.M. et ton analyse pertinente est méritoire.
Cependant, et tu dois le penser également, il paraît vraisemblable que cette lettre participe de l’opération globale de ‘’Communication’’, destinée à abonder
dans le sens de la Tradition et de la Transmission M. et à caresser les FF. ‘’dans le sens du poil’’. Enfin, à faire se rengorger les premiers destinataires de cette épître,
i-e, les VV. MM. naïfs, au point de se croire encore investis d’une autorité réelle sur leur Loge, autorité que la logique obédientielle leur a retiré, de fait, depuis 1717.
Bien que conservant, au plan initiatique, une fonction de transmission de l’influence spirituelle, le V.M. n’est plus considéré dans notre présent système
(où les LL. n’ont pas la personnalité juridique), que comme un simple et utile rouage administratif de la Province et de Pisan.
A la limite, une prochaine étape pourrait d’ailleurs voir instituée l’instauration des VV. MM. nommés par la Province et non plus élus par la Loge, meilleure façon de
s’assurer de leur loyauté (abstraction faite du virus de la ‘’cordonnite’’).
Comme tu peux le lire, mon interprétation ne vise pas l’initiatique, mais se borne à la réalité observable et/ou possible d’une mise en œuvre spécifique de la loi de
Juillet 1901 sur les Associations.


Tonton Beretta 24/11/2010 09:59


Mes T.C.F ,

La nième Lettre du GM…
Je n’ai jamais lu autant de mauvaise foi. Brandir autant de Fraternité, sans en avoir une once dans le cœur. Rien n’est vrai, même pas l’encre..
N’y aurait il pas un Frère dans son entourage qui pourrait lui suggérer d’arrêter son cirque avec ses lettres à « 3 sous » , en plus vous remarquerez la grosse « faute »
« Transmission qui est au cour de notre Institution et constitue le socle de la régularité »
La transmission ne serait elle pas… plutôt au cœur de l’institution ?
Mais, sachant que F.S ne connaît ni le sens, ni la valeur du mot : « cœur » nous pouvons lui pardonner.
PS : Attention aux contrepèteries, ne pas confondre le « Départ du Consul » et le
« Consul Départ »


Tribiz de Tonton Beretta


Vercingetorix 24/11/2010 11:02



La cour... la Cour... ça le connait



JLC 24/11/2010 08:52


Très chers Frères,
comme nombre d’entre nous, j’ai reçu par mail la dernière “Lettre du Grand Maître”, que j’ai bien entendu lue avec attention. Et j’y ai découvert une phrase qui m’interroge et que je vous soumets :
“Durant tous nos Travaux en Loge, nous nous en remettons au fil des Tenues à la bienveillante et fraternelle autorité du Vénérable Maître. Au terme de son mandat, le Vénérable Maître remet le
maillet à son successeur et sa charge est fraternellement transmise, après qu'on vous ait consulté.” Comment doit-on comprendre le tout dernier membre de phrase ? Les Maîtres de la Loge
n’auraient-ils donc plus qu’un avis consultatif, au même titre, par exemple que le déjà défunt Conseil de Sages ? Formulé différemment : l’expression figurant dans nos rituels d’installation et qui
fait état de la désignation du VM par ses pairs serait-elle obsolète ? Dans ces conditions, qui désigne désormais le VM qui, historiquement, a toujours été soit auto-désigné (au 18è siècle, des
Frères créaient des Loges dont ils étaient VM à vie!) soit désigné par les Maîtres de sa Loge ?
A moins que le mot “consulté” ne vise là, ce qui est très possible et même probable, que ce moment particulier de l’installation lors duquel le VM élu est invité à couvrir le Temple, temps mis à
profit par l’installateur pour faire confirmer leur choix par les Maîtres et les engager à assister leur nouveau Vénérable ?
En fait, la question ne se serait sans doute jamais posée si je n’avais pas lu quelque part que les VM tenaient leur pouvoir du GM, ce qui, comme chacun sait, est initiatiquement aberrant ;
d’ailleurs, notre GM lui-même rappelle avec pertinence dans cette même lettre que “Nous entrons en Maçonnerie pour nous imprégner de l'héritage que nos anciens nous ­transmettent et le transmettre
à notre tour”, et cette transmission ne se fait évidemment qu’en Loge.
Bref, comment interprétez-vous cette phrase ?
Très fraternellement,


Vercingetorix 24/11/2010 09:20



Comme toujours, ce qui est important est entre les lignes. Le reste n'est qu'un mauvais habillage